Actualités

Borom Ndame invite l’état à prendre ses responsabilités sur la commission lunaire à travers le ministre de l’interieur

Sur un interview accordé au journal quotidien « L’Observateur » le Marabout repasse sur les solutions pour que le Sénégal puisse un jour esperer fêter la Korité en un seul jour.

Les Sénégalais ont encore fête dans la désunion l’Eid El Fitr, est-ce que cela n’écorne pas l’image de l’islam sénégalais ?

Cela ternit l’image de la religion. Et ce qui la ternit d’avantage c’est dire un tel est un Tidiane, un autre est Mouride, ou Khadre… C’est ce que je déplore en premier au Sénégal. Nous n’avons qu’une seule Fatiha (Sourate de l’ouverture), une seule Mecque et croyons au dernier des Prophètes, Mouhamad. Ce que je regrette quelque part, c’est la sortie du Président de la République lors de la fête de Korité, parce que nous pensions que l’état pouvait aider à régler ce problème une bonne fois pour toute. Il a reconnu de manière implicite qu’il ne peut rien faire à son niveau, mais qu’il laissait la possibilité aux religieux de régler ce problème. Alors que des années durant, nous sommes incapables de régler ce problème. Je considère que c’est l’état qui peut aider à résoudre ce problème, parce qu’il choisit parmi les gens de la météo, l’on choisit également des astrologues parmi les religieux, et que ces gens puissent renforcer l’existant en incluant tout le monde dans tous les milieux religieux.

Êtes-vous pour une suppression de la commission du croissant lunaire ?

Il faut en tout cas qu’il y ait des jeunes capables d’observer, et des gens dont la science en matière de lune et d’étoiles ne souffre d’aucune contestation pour former une nouvelle commission. Maintenant , c ‘est l’état par le biais du ministère de l’intérieur qui pourra décider qu’à partir d’une telle période on pourra scruter la lune, mais on ne donne à personne le soin de décider du croissant lunaire qui aura pris en compte toutes les sensibilités religieuses. Si le Président avait convoqué toutes les sensibilités religieuses pour qu’une commission nationale puisse parler d’une même voix, je crois qu’il n’y aurait pas cette désunion. Il faut que le président de la république sache qu’on lui a donné un pays, et ça englobe tous les marchés, les mosquées…

{fcomments}

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *