الأربعاء 24 ربيع الأوّل 1439 Wednesday 13 December 2017

LES DONS DE L’EXIL par Serigne Khadim LÔ GAYDEL Borom Ndame (Magal 2011)

 

Je cherche auprès de DIEU une protection contre les malices de Satan le lapidé.

Au nom de DIEU le CLEMENT, le MISERICORDIEUX.

Louange à Dieu qui a enseigné au Cheikh comment rendre service au Prophète (PSL) en faveur de qui,  Il (Dieu) a  honoré sa  demande. Que la paix de DIEU ainsi que son meilleur salut soient accordés au Prophète descendant d’Adnane ainsi que sur ses vertueux compagnons et tous ceux qui suivront leur pas jusqu’au jour de la rétribution et du règlement.

Que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur vous.

La contrepartie de l’exil de Cheikh Ahmadou Bamba est une immense récompense, un ensemble de dons que nous avons l’intention de partager avec vous.

Il dit :

« Mon ‘jihad’ a été agréé par Dieu, celui-là  qui l’a placé au dessus de tout autre (‘jihad’ effectué  par un envoyé). »

Si l’on comparaissait  le vécu du Cheikh au corps humain, l’exil prendrait la place du cœur. Sa vie était plus qu’étonnante, il ne se comportait guère comme un humain normal. Ce n’était pas à cause de la faim qu’il mangeait, ni l’effet de la soif qui le faisait boire, même fatigué il ne se reposait presque jamais. Aussi bizarre que puisse paraître ce comportement, ses actes le conduisaient vers l’agrément du Très Haut.

Il dit :

« Chaque fois que je mange ou bois quelque chose, mon Seigneur me fais don de son agrément »

Ce Grand Magal de Touba que nous célébrons est le fruit d’innombrables épreuves comparables à ceux que les envoyés de Dieu ont enduré à leurs époques respectives.

Cheikh moussa Kâ  raconte :

« Si l’on comparaissait  le rang des élus de Dieu toutes générations confondues à celui du Cheikh, on verrait en faveur de ce dernier, une suprématie certaine due aux épreuves mais aussi aux secrets que lui seul est parvenu à connaître, j’en ai la preuve : le voyage pour la félicité (l’exil au Gabon) »

Chaque fois qu’il se souvenait du voyage, cela le rendait heureux. Il dit un jour à Serigne Bassirou Mbacké Son Fils :

« Mon seigneur me fait honneur des dons que j’avais déjà obtenus lors de l’exil chaque fois que je m’en rappelle et c’était grâce à la proximité que j’avais vis-à-vis du Créateur et de son envoyé, ainsi que de mon statut particulier de serviteur privilégié.»

L’exil se déroula dans un contexte difficile  pour les causes que nous connaissons.

Serigne Bassirou  raconte que le cheikh faisait un jour le récit de son voyage. Ce qu’il disait était si émouvant qu’un membre de l’assemblée ne put s’empêcher de crier à cause du  chagrin qu’il éprouvait. Le Cheikh lui demanda pourquoi un tel comportement.

 «  La douleur que vous avez due supporter » laissa t-il entendre.

 Le Cheikh lui, répliqua que même l’imagination ne pouvait décrire sa souffrance.

Lorsqu’il surmonta toutes ces entraves, endossa toutes ces épreuves et esquiva tous ces pièges fallacieux, il devint le plus  rayonnant des astres et le monde entier courût vers lui.

Regardons ces millions de pèlerins qui se bousculent dans les artères de la ville sainte, ces milliers de voitures sur les routes saturées. Chaque individu faisant le déplacement avec la ferme conviction que sa vie n’a de sens que s’il parvient à célébrer le magal comme le veut la tradition.

Le poète Cheikh Ibrahima Diop le décrit ainsi :

« Les gens venaient des différents horizons par milliers devant sa porte,  comparables aux nombreux pèlerins qui viennent à la Mecque  pour le hajj (le cinquième pilier de l’islam). »

Khadim Rassoul dit :

« Ma visite  auprès  de mon Seigneur a été fructueuse en dons. Comme ce (rayonnant) soleil (au zénith) j’éclaire toutes les contrées du monde ».

Cheikh Sidiya Baba  nous raconte que :

« Pour le pire des supplices, Khadim Rassoul  n’a jamais terni le visage de l’islam par un quelconque acte. »

Il poursuit

« Quiconque voit sa vie partagée entre l’adoration de Dieu et le service qu’il incombe de rendre à la meilleure des créatures, aura une existence comparable à celle du Cheikh ».

Khadim Rassoul  dit :

« J’ai quitté mon domicile sur ordre de mon seigneur pour affronter vents et marrées (toute sorte de difficultés). A cette époque j’étais dans l’obscurité (l’ignorance) et étais assimilable à un mort.  L’ultime but visé par Mon Maître était de me montrer la voie de la satisfaction des besoins et de me combler de dons. »

Il poursuit :

« Il a purifié mon âme, et m’a honoré en me faisant don de son agrément et de ses cadeaux »

« Il(DIEU) répondit à mes invocations jadis et me remis ce que personne d’autre avant moi n’avais obtenu. »

Dans son  recueil Cheikh Sa’h dou Abî dit :

« Avant l’exil Cheikh Ahmadou Bamba était comparable à une perle au fond de l’océan. Les colons l’ont libéré  des flots et de la coquille qui l’enveloppait, laissant apparaître toute sa splendeur et son éclat éblouissant  »

« Et c’est ce point lumineux là-bas à l’horizon qui devint le repère de  tous les hommes, l’unique cote, l’abscisse de convergence.  »

C’est ce qui justifie la présence des fidèles à Touba à l’occasion du Magal.

Le saint homme Mauritanien poursuit :

« Avant l’exil, le Cheikh donnait l’image  de la lune avec une luminosité restreinte.

A son retour il fut assimilable au soleil et jeta  ses puissants  rayons dans toutes les directions. »

« Je suis étonné de voir toutes les portes s’ouvrir en faveur de quiconque  aspire aux stations suprêmes, au pardon et à la proximité divine par la grâce de  son retour d’exil. »

« Mes compliments vont à l’endroit de l’islam qui  a retrouvé le sourire  grâce au retour d’exil de Cheikh Ahmadou Bamba»

Khadim Rassoul lui-même  dit :

« Dieu m’a honoré de dons inconnus qui rejoignent le prophète à Médine (dans son mausolée) dans l’unique but de toujours satisfaire ses besoins…»

« …ces dons ne seront dévoilés qu’au jour ultime »

« Il m’a également donné des bienfaits qui nous seront bénéfiques qu’au jour de la grande récompense »

« Il m’a honoré de dons que seuls les habitants du paradis connaitront. »

« Grâce à l’exil j’ai obtenu des faveurs que seul le prophète (PSL) a pu voir »

« Figurent parmi les cadeaux qui m’ont été offerts certains qui ne seront connus que des membres de la famille du prophète et d’autres que seuls les anges connaitront »

« Le Souverain m’a fait honneur de dons que lui seul est habilité à connaître. »

« Je ne révélerais jamais par ma plume ou par ma  langue certaines faveurs que j’ai eues grâce à l’exil. »

« Sont apparus sept miracles du prophète (PSL) sur le chemin de l’exil :

·         J’ai été préservé de mes ennemis avant de descendre sur terre et j’ai  bénéficié au cours de mon périple d’une science qui n’est ni livresque ni expérimentale ainsi que du secret de l’ordre divin.

·         Je serais le trophée que brandira le prophète devant tous les envoyés le jour de la rétribution

·         Les souffrances que j’ai endurées durant mon périple pour le service sacré que je rendais à l’Elu le plus pur (PSL) m’ont valu des dons qui ne seront jamais divulgués.

·         Quiconque éprouve de l’amour envers ma personne aura le paradis comme retour mais toute créature éprouvant de l’aversion à mon endroit se verra châtié dans les flammes de l’enfer.

·         Loin de moi et  de toutes mes entreprises  se tiendront Satan ainsi que tout rebelle.

·         Les anges de Dieu sont avec moi et pour toujours me portent leur assistance de même que tous les djinns musulmans avec un amour indescriptible.

·         Figurent parmi ces précieux dons que même les envoyés tous réunis ne possédaient, le fait que le bienfait en soi ne pourra provenir  que de moi et la grande intercession me reviendra.

 

Rate this item
(0 votes)
Last modified on %AM, %07 %504 %2017 %11:%Sep

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

© 2017 Khadimrassoul.net All Rights Reserved. Designed By Cellule Communication DRLH