Actualités

Serigne Khadim Gaydel Lô préside l’atelier de plaidoirie sur la situation des enfants de la rue dans le département de Thiès

 La préfecture de Thiès a organisé hier mardi 18 février un atelier de  plaidoirie sur les enfants de la rue dans le département. Une rencontre dont le objectifs étaient de classer les différentes causes et repérer des solutions adéquates.

Sous la présence des autorités locales (délégués, élus locaux, sous préfets, commissaires ) et de quelques ONG comme plan International, le préfet de Thiès a ouvert la rencontre avant d’introduire Serigne Khadim Lô.

Éminent citoyen pour son engagement et son analyse pertinent des problèmes sociaux lors de ces interventions publiques, Borom Ndame a asservi son auditoire sur les soubassements,  les problèmes réels  et l’importance de l’éducation dans l’enfance avant de présenter des solutions à court et long terme  .

borom ndame atelier2

Selon Gaydel Borom Ndame, l’enfant jouit d’une grande affection divine; Son caractère précieux justifie toutes les obstacles que l’humain est prêt à émanciper pour l’avoir. La société sénégalaise très conservatrice en matière de vie familiale accorde aussi une conscience fragile à cette étape de la vie.

Les enfants de la rue dont la plupart sont aujourd’hui des talibés ne sont que victimes de l’ignorance de leur parents. Ces derniers en plus de connaitre les conditions précaires du Daara n’assiste en rien l’enseignant qui par manque de moyens peut opter à laisser des enfants subvenir à leurs besoins quotidiens ou les utiliser comme fond de commerce. Ce qui est grave car l’enfance doit être exclusivement réservée à l’éducation. Cette vie de débrouillard peut aboutir facilement à une délinquance précoce. Gaydel affirme que la solution immédiate préconisée conseille aux parents de participer chaque mois au train de vie des daaras. Quant à la sauvegarde de la santé et de l’hygiène du cadre de vie des enfants, un appui des services étatiques est sollicité.

borom ndame atelier1

Sur le long terme, Serigne Khadim  recommande à l’état un changement de système et de méthodes de travail. En effet l’état doit intégrer activement ce domaine dans sa politique de developpement.  De la réservation de titres fonciers au niveau local jusqu’à la construction d’internats publiques destinés à l’enseignement coranique, l’état  doit recruter des enseignants formés à cet effet. Ils seront payés mais inspectés et contrôlés pour éviter tout abus. Un recensement préliminaire de tous les talibés et des daaras sera inéluctable.

Selon Gaydel, la vie de Daara doit être à l’image de celui Bakhdad où les élèves ne mendient pas et reçoivent leur diplôme après les études.

Serigne Khadim Gaydel Lô a affirmé sa disponibilité pour cette cause car il nourrit une ambition pour l’éducation des jeunes. Il a remercié les autorités particulièrement le préfet de Thiès et son tutelle le ministre de l’intérieur pour cette initiative auguste qui est à étendre dans les autres secteurs moteurs de développement.

Momar Talla Kane

khadimrassoul.net

{fcomments}

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *