الأربعاء 7 جمادى الأولى 1439 Wednesday 24 January 2018

SERIGNE KHADIM GAYDEL LÔ CHEF RELIGIEUX A THIES «Il faut conserver le Franc cFa» Featured

A la suite de la célébration de la naissance du prophète mohamed (psl) à Baghdad à thiès, serigne Khadim lô gaydel a rendu un vibrant hommage à toute la communauté musulmane, mais aussi à l’Etat pour sa contribution à la réussite de l’évènement par ailleurs, il s’est prononcé sur l’actualité en insistante sur la nécessité de conserver le franc cfaet d’utiliser les fonds de garantie de la monnaie comme crédit au développement.

Comme à l’accoutumée, le quartier Baghdad (Thiès) a vibré au rythme de la célébration de la naissance du Prophète Mohamed (PSL). Après l’évènement, Serigne Khadim Gaydel Lô a tenu à rendre hommage à toutes les communautés religieuses et délégations de khalifes qui ont le fait le déplacement. Le Président Macky Sall, son gouvernement et les chefs de service régionaux ont été confondus dans ces remerciements pour leur apport «inestimable» dans la réussite de l’évè- nement. Sur un autre registre, Serigne Khadim Gaydel Lo s’est prononcé sur quelques sujets brûlants de l’actualité notamment la polé- mique autour du Franc Fcfa. A l’en croire, il est nécessaire de «conserver le Franc CFA et d’utiliser les fonds de garantie de la monnaie comme crédit au développement ». Après avoir formulé des prières pour que le pays soit épargné de turbulences liées au pouvoir d’argent, le marabout a rappelé que l’argent est juste un outil permettant de faire des bonnes actions pouvant être comptabilisées positivement le jour du jugement. «Dans nos vies personnelles, divorçons d’avec l’argent. Une société constamment tirée vers la recherche du gain a fortiori celui facile court inéluctablement vers sa perte. C’est pourquoi, nous devons démystifier l’argent pour vivre en paix d’avec le Seigneur», a soutenu Serigne Khadim Gaydel Lô qui trouve par ailleurs que le fait de vouloir une monnaie propre constitue une revendication légitime. «Si telle est la volonté partagée des populations, les gouvernants des pays membres de l’Uemoa doivent poser le débat sur la question du devenir du CFA», dit le guide religieux.

«il arrivera Un moment ou la monnaie propre africaine s’imposera d’elle-même»

Ce débat doit être posé, selon le marabout, à un niveau intellectuel et loin de coups d’éclat. Il considère que la monnaie relève d’une question de souveraineté et il arrivera un moment où le fait d’avoir une monnaie propre à l’Afrique s’imposera d’elle-même aux gouvernants. Maintenant, l’urgence est de garder cette monnaie tout en palliant aux inconvénients qu’elle pose. «Il est vrai que le CFA apporte un tant soit peu de stabilité dans les échanges, comparée à certaines monnaies de la sous-région toujours assujetties à toute sorte de fluctuation et d’inflation. Mais garder la monnaie ne veut pas dire renégocier les termes de l’accord surtout relativement au fonds de garantie de cette monnaie. En effet, ces milliards dont on dit déposés à tout instant dans les banques françaises comme garantie de la stabilité pourraient être utilisés à bon escient comme crédit au développement de la sous-région. Il faut réfléchir à un mécanisme permettant d’utiliser cet argent dont on dit qu’il dort dans les banques pour insuffler le développement», propose-t-il. Sur le plan politique, Serigne Khadim Gaydel Lô a invité les acteurs politiques à s’investir pour apaiser le climat social. «La faillite de l’Etat ne saurait bénéficier à personne, en atteste le cas de la Libye. Donc, il ne faut pas verser dans la surenchère politique; la polémique inutile ; la démagogie et les invectives», affirme-t-il.

L'AS QUOTIDIEN

 

 

 

Rate this item
(0 votes)

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

© 2017 Khadimrassoul.net All Rights Reserved. Designed By Cellule Communication DRLH