الجمعة 29 المحرّم 1439 Saturday 21 October 2017

Momar Talla Kane

Momar Talla Kane

Le GRAND-MAGAL de TOUBA, le 18 SAFAR, est un jour d’Action de Grâce ; mais il est une vérité telle qu’une reconnaissance n’est jamais exprimée à quelqu’un dont on n’est pas l’obligé.

La date du 18 SAFAR est celle à l’occasion de laquelle, nous dit le CHEIKH : " DIEU a décrété en Mission en l’an 1313.h (1895) ce qui, dans mon cœur, fut déjà mon ambition en 1301.h (1883)."

 

Parmi les six étapes à franchir dans la profession de foi ou « Tawhid », la considération suprême à accorder au Seigneur Tout-Puissant au vu et au su de Sa Grandeur est certes une phase cruciale en ce qu’il incarne le fondement de toutes formes de croyance religieuse. Ainsi Cheikhoul Khadim s’est brillamment illustrer dans ce cadre en posant des actes sans précédent, mais également, en produisant des manuscrits à usage didactique dans ce domaine de la religion. Dans cette entreprise pédagogique il a été imité par son éminent fils Serigne Sonhibou Mbacké qui, dans son ouvrage « Xouratoul Ayni » (Conseil à un ami) revient avec plus de détails sur l’Unicité de Dieu, Sa Force et Sa Grandeur en ces termes :

Que serait-il advenu de nous, du Sénégal des valeurs, de l’Islam en Afrique, si en ce 18 Safar Cheikh Ahmadou Bamba n’avait pas été volontaire pour hisser haut l’étendard de l’Islam face au projet colonial. Ainsi ce jour de Magal est celui de notre indépendance à tout jamais acquis, celui de la consécration dans l’islam sans pour autant oublier la restauration de la dignité de l’homme noir.

A moins d’un mois du Grand Magal de Touba, la ville sainte vit au rythme des préparatifs afin d’accueillir les millions de pèlerins qui font le déplacement chaque année, en provenance de tous les continents.

Les services de l’état et les disciples mourides sont tous mis à contribution dans le toilettage grandeur nature effectué dans la cité bénite, sous l’intendance de l’autorité religieuse représenté, dans ce cadre, par Serigne Bassirou Mbacké fils de Serigne Abdoul Khadre et porte-parole de la communauté mouride.

Des études scientifiques ont montré que l'édition 2016 du Grand Magal de Touba a généré quelques 256 milliards de FCfa et que la Tva (taxe sur la valeur ajoutée) tirée des activités liées à cet événement a fait, à elle-seule, quelques 45 milliards F Cfa. C'est ce qu'a annoncé ce lundi 16 octobre 2017, le président de la Commission communication et culture du Grand Magal de Touba, Serigne Cheikh Abdoul Ahad Mbacké Gaïndé Fatma, au cours de la réunion nationale consacrée aux préparatifs de ce grand rendez-vous de la communauté mouride. Une rencontre présidée par le ministre de l'Intérieur et de la sécurité publique, Aly Ngouille Ndiaye, en présence du porte-parole du khalife général des mourides, Serigne Bass Abdou Khadre.

Khadimou Rassoul quitta sa demeure sis à Mbacké Bary dans le Djoloff à l'aube du samedi 18 SAFAR 1313 et arriva à Jewol dans l’après-midi, pour y trouver les soldats détachés pour sa capture. Ils furent désemparés à sa  rencontre au point qu’ils se précipitèrent tous vers leur commandant. Cheikhoul Khadim  profita de l’occasion pour célébrer la seconde prière obligatoire de l’après-midi (Al Asr), avant de s’entretenir avec le commandant. La volonté du Cheikh était de passer la nuit à Jewol, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il tourna sa face vers la Kaaba en prononçant cinquante fois la formule « Basmalla ». Il fut exaucé car le commandant fut aussitôt tourmenté et s’occupa d’autres choses laissant ainsi à Khadimou Rassoul l’opportunité de passer la nuit en ces lieux. Parmi les soldats, il y’en avait un qui eut une volonté ferme d’entretenir une relation courtoise avec le Cheikh, qui semblait pourtant être leur captif. Il s’appelait Serigne Omar Ndiaye et habitait à Goundioura Ndiaye.  Khadimou Rassoul eut pour lui une grande estime.

Dans la partie de son enseignement religieux consacrée à la profession de foi, qu’il considère d’ailleurs comme la première étape de la religion, Serigne Touba, après avoir mis l’accent sur la considération suprême que le croyant doit avoir envers le Seigneur, met en garde contre toutes insuffisance dans sa perception vis-à-vis de la perfection avéré du Créateur.

Nous assistons actuellement à un échec de toutes les théories et philosophies modernes concernant la vie en société. De la chute du marxisme au rejet du libéralisme après le recul du socialisme, nous voici face à une montée en puissance du nationalisme dans certains pays. L’échec est total. Il semble que toutes les manières de pensée la vie en communauté soient ballotées et le monde vit dans la tourmente.

Le Magal de Darou Khoudoss qui a lieu à chaque fois la vingtième nuit du mois lunaire de mouharram, est en effet la commémoration du retour définitif de Cheikh Ahmadou Bamba à Touba dans sa dernière demeure terrestre après 33 ans de captivité. La première célébration officielle a été effective en 1937 sous la direction de Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké Khalif de SerigneTouba.

Page 1 of 2
© 2017 Khadimrassoul.net All Rights Reserved. Designed By Cellule Communication DRLH