الأربعاء 27 المحرّم 1439 Wednesday 18 October 2017

Pass Pass

Pass Pass (41)

 

Le Tout-Puissant a enfoui en l'être humain des secrets qui font de lui un être privilégié, un être riche.

Ceci explique, entre autres, le fait que ce dernier peut devenir tellement vaillant qu'on dira qu’il est un lion. Par contre, il peut se comporter tellement mal qu'il se retrouvera au bas de l'échelle animal.

Dès lors, chaque personne doit faire son maximum pour mettre en valeur cette richesse en lui qui est un véritable don de Dieu.

De cette manière il pourra accéder à la miséricorde du Tout-Puissant car Dieu a promis son aide à celui qui s'engage dans le bon chemin.

C'est d'ailleurs ce qui s'est passé pour les gens de la grotte surnommés "Askhaboul Kah-fi". Leur histoire nous a été rapporté dans Coran. Il s'agissait de 7 jeunes personnes avec leur chien. Leurs noms qui nous ont été donné par Cheikhoul Khadim dans wassilatou rouboukh sont: Yamlîkhan, Moukhsalînan, Mouslînan, Marnôssine, Zanôssine, Kashfatôssine, Dabarnôssine. Ces jeunes vivaient dans un royaume où régnait la corruption, sous la domination d'un roi qui s'opposait à toutes formes de pratiques religieuses. Les jeunes qui partageaient une même conviction religieuse voulaient à tout prix conserver leur foi, vertus et valeurs. Ils décidèrent alors, de s'unir et de s'exiler hors du royaume, dans une grotte. Le Tout-Puissant les plongea dans un sommeil profond qui dura 309 années. A leur réveil et après être retourné dans le royaume pour trouver de quoi manger, les jeunes se rendirent compte que tout avait changé et que même le roi actuel était devenu religieux. Le miracle dans tout cela est la conservation de l'état de jeunesse de ces croyants durant 3 centenaires. Même leur chien nommé khitmir n'a pas vieilli d'un poil.

L'histoire de ces jeunes illustre toute l'importance que Dieu accorde à Sa création humaine. Peu importe le nombre d'êtres humains, Il veille sur chaque individu et lui apporte son aide au quotidien.

Chaque personne doit ainsi comprendre qu'elle est suivi de près par son Créateur de l'état d'embryon à la mort.

Mais au jour de la résurrection il est indéniable que chacun rendra des comptes.

 

Serigne Khadim Gaydel Lô

 Après la venue d'Adam sur terre, Dieu a révélé au grand jour les privilèges dont bénéficie l'humanité sur toutes les autres créatures. L'homme arrive ainsi à dompter un lion malgré la différence des forces physiques, il se vêtit avec la peau du crocodile et pourtant il a peur de l'animal. Que dire alors du serpent qui est un reptile sans pattes qui sait nager, voler, grimper avec du venin; cela n'empêche pas à l'homme de le maitriser.

Nous pouvons voir que Dieu a donné à l'être humain la possibilité de maîtriser les animaux et de les utiliser, aux moment où aucun animal ne possède ce privilège.
Ceci dit, en plus d'avoir fait de l'être humain la plus belle et la plus parfaite des créatures, Dieu lui a conféré le choix et l'ambition.  Ainsi à travers ses actions conduites par ses choix et ambitions, l'homme peut  acquérir une sainteté digne d'un ange si ce n'est supérieure. Cependant, l'être humain peut également se retrouver au bas de l'échelle de la création à cause de sa lâcheté envers son Seigneur.
Le Tout-Puissant nous le fait savoir dans le Saint Coran à la sourate 95: "Nous avons certes créé l'homme dans la forme la plus parfaite. Ensuite Nous l'avons ramené au niveau le plus bas, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres."
De ce fait, chaque être humain en général et chaque jeune en particulier devra être conscient de sa responsabilité et des conséquences qui suivront de ses actes.
J'insiste sur la jeunesse car elle est porteur d'espoir et c'est là que tout peut s'accomplir.

Serigne Khadim Gaydel Lô

...Dieu nous dit dans le Saint Coran: "Je n'ai pas créé les cieux, la terre et tout ce qui se trouve dans cette intervalle pour des distractions, encore moins pour des futilités".
Ceci démontre l'obligation qui pèse sur tout un chacun de prendre conscience de la raison de notre existence sur terre.
Ensuite à la question de savoir si l'être humain résidait sur la terre de manière gratuite, le Créateur répondit catégoriquement : "NON".
De ce fait il incombe à chaque personne une responsabilité qui lui est propre. Elle est appelé à méditer sur cette responsabilité en question, ne serait-ce que pour le fait que la foi demeure le privilège des humains au détriment de toutes autres créatures, ou encore pour les prérogatives dont bénéficient l'être humain depuis sa création.
Les événements qui ont précédés la venue d'Adam sur cette terre nous permettrons certes d'en savoir plus sur la primauté que le Créateur a accordé à l'être humain sur l'ensemble de la communauté.
En effet, quand Dieu créa les cieux et la terre, IL invita les anges qui étaient sur terre à un conseil durant laquelle, Le Créateur sollicita leur avis sur Sa Volonté de faire de la terre le foyer de l'espèce humaine. L'Homme serait ainsi le représentant de Dieu sur terre.
Face à cette idée, les anges se montrèrent perplexes en soulignant que l'être humain ne manquera pas de souiller la terre si sainte, d'y défier l'autorité divine et d'y verser le sang de ses semblables, contrairement à eux.
Le Tout-Puissant leur répondit: "Je sais ce que vous ne savez pas"; ensuite IL fit appel à Adam qui a par la suite, récité devant les anges l'ensemble des noms du Créateur et tous les évènements qui se produiront dans le monde jusqu'au jour de la résurrection en énumérant la responsabilité et la mission de chaque personne qui foulera la terre.
Pourtant il s'agissait là de secrets divins inconnus jusqu'à ce moment par les anges.
Ces derniers se sont ensuite prosternés, sous l'ordre de Dieu, devant Adam, le père l'humanité.
Au tour du Seigneur de s'adresser aux anges en ces termes: " Ne vous ai JE pas dit que JE sais ce que vous ne savez pas?". Oui, lui répondirent les anges en invoquant Sa Grandeur et Sa Majesté.
Force est de constater qu'en plus du fait que Dieu a donné à l'être humain des connaissances inouïes, IL l'a davantage privilégié en faisant de lui la plus belle et la plus parfaite créature qui soit.
Par conséquent chaque être humain doit prendre conscience du fait que Le Tout-Puissant nous a amené ici pour que nous vivifions la terre notamment par l'adoration, la vénération par ses Noms glorieux et par la bonne action.
(...)

Serigne Khadim Gaydel Lô

 

.. Après avoir passé au revu un certain nombre de vertus et de comportements qui incombent au disciple mouride vis-à-vis de son guide spirituel, je m'en vais insister sur la nature de vos relations dans le cadre social.
Chaque talibé a le devoir d'honorer son prochain de manière inconditionnelle sans aucune ségrégation. Cette considération entre condisciple doit s'affirmer au point que pour chacun, le sort de son prochain importe plus que le sien.
"Fais de ton condisciple une priorité au détriment de ta propre personne", c'est ce que Cheikh Ahmadou Bamba nous a enseigné.
L'entre-aide doit être le soubassement de toutes interactivités entre disciples. Même si le disciple en question est dans l'incapacité d'aider son prochain, il se doit de compatir sincèrement au mal de ce dernier. D'ailleurs ce sentiment sincère de compassion est considéré par le Prophète Mohamed (PSL) comme prémices de la foi.
Cependant, il ne faut absolument pas vous calomnier entre vous ou encore dire du mal d'autrui dans son dos peu importe la véracité des propos tenus. Cela mène certainement à la perdition si on se réfère à Khadim Rassoul.
Concernant cette attitude blâmable, Aboul Hâmid Ghazali, plus connu sous le nom d'imam Ghazali nous dit que: "celui qui passe 41 nuits d'affilée à adorer le Tout-Puissant sera déchu de l'agrément divin dont il devrait bénéficier pour son labeur s'il parle sur le dos de son prochain durant seulement trois heures de temps".
Serigne Touba, nous fait savoir également que: "le disciple qui calomnie son prochain est comme celui qui a troué le récipient qui contenait ses bienfaits. Ces bonnes actions deviennent nul irréversiblement".
Par conséquent, il faut nous honorer entre nous, nous entre-aider, nous couvrir les uns les autres. Ne serait-ce que pour la simple raison que chaque personne, aussi puissante ou aussi modeste qu'elle puisse être,  a au moins un secret qu'il ne voudrait qu'on divulgue pour rien au monde.
Pour ce qui est de la solidarité et de l'entre aide, ils s'agissent de devoirs pour tous croyants.
Le disciple se doit de partager ses biens avec son prochain et s'abstenir de le nuire.
Le partage n'a jamais appauvri personne; bien au contraire c'est plutôt facteur de développement et d'élévation.

Serigne Khadim Gaydel Lô

...En ce qui concerne le adiya, (présent que le disciple donne à son guide spirituel) nous nous référons à Khadim Rassoul qui nous dit: "le Mouride ne doit jamais cesser de donner le adiya à son marabout, à la hauteur de ses moyens."

Par ricochet, sachez que le plus  important ne réside pas dans la valeur quantitative ou qualitative du présent qu'on donne. Mais le adiya est davantage un symbole qui fortifie le lien qui relie le disciple qui est dans une quête de la Divinité, à son guide spirituel qui est par ailleurs son intercesseur entre lui et le Tout-Puissant.
Donc il ne faut ni sous estimer ni surestimer ce que l'ont donne en guise de adiya.
> Ceci d'autant plus que le présent qu'on donne pour adiya est revalorisé considérablement le jour du jugement dernier de sorte que 5 francs ici-bas y sera rétribuer à hauteur de 70000 francs d'après Serigne Touba.
Pour ceux à qui les mathématiques poseraient des problèmes, comprenez simplement que la primauté du adiya sur, par exemple l'aumône, n'a d'égal que la prééminence du guide spirituel avéré devant le mendiant.

Serigne Khadim Gaydel Lô

Avant la révélation de la sourate intitulée Al Xoudj-râ, les compagnons du Prophète Mouhamed (saw) se comportaient vis à vis de lui avec familiarité qui frôle l'impolitesse. Quand certains s'adressaient à lui en criant son nom haut et fort sans aucune considération, comme ce fut souvent le cas lorsqu'ils voulaient que le Messager règle leur litige, d'autres se permettaient de converser avec lui en haussant la voix et sans tenir compte de la posture à adopter devant le plus éminent des créatures. Ainsi Dieu a fait descendre la sourate Xudj-ra dans laquelle, Il ordonne à tous croyants un certain nombre de comportement à adopter devant Son Messager en fonction des circonstances. Le Tout-Puissant ordonne aux musulmans de vénérer Son Envoyé et de lui donner la primauté sur tout , y compris sur leur propres vies.  Dieu ajoute qu'il faut s'adresser à Mouhamed (saw) avec politesse et délicatesse, qu'il faut s'assoir en bas pour lui céder la place du haut, qu'il ne faut pas venir à lui les mains vides, entre autres. Cette déontologie établit par le Maitre des cieux est aujourd'hui l'identité culturelle par excellence des mourides. 

Seul les profanes oseront caractériser le comportement du Mouride vis à vis de son guide spirituel d'acte blasphématoire. Car hormis le fait que ce dernier ne fait qu'exécuter les ordres de la Divinité, il faut savoir que Cheikh Ahmadou Bamba est l'héritier du Prophète...

Serigne Khadim Gaydel Lô

Serigne Touba nous apprend qu'il fait partie des vertus du disciple, l'abandon de soi devant son Guide spirituel comme un mort qui subit le lavage funèbre, ceci malgré toute considération ou attribut dont il pourrait bénéficier devant les hommes. Ainsi il aura la félicité et sera agréé.

Le fondateur du mouridisme ajoute qu'un disciple doit contempler son guide comme un roi, ainsi il sera un privilégié parmi ses semblables qui le relèveront royalement et rien ne pourra lui résister. De cette considération envers son guide spirituel peut découler un agrément divin sans besogne, si la franchise du talibé est avérée.
En plus des éclaircies qu'il nous donne à propos de la doctrine, Khadim Rassoul nous enseigne des caractères indispensables à l'aspirant (disciple mouride) dans quelques uns de ses écrits dont l'illustration est la suivante:
"Le Mouride qui tend à être un véridique doit avoir une foi inébranlable sur le fait que son marabout est son intermédiaire entre lui et Dieu le Tout-Puissant."
D'où le comportement exemplaire de Cheikh Ibrahima Fall envers son maître Cheikh Ahmadou Bamba.
Ensuite Serigne Touba nous fait savoir que le Mouride ne doit en rien dissocier le guide spirituel du Seigneur. L'aspirant doit appliquer à la lettre les recommandations de son maître avec l'intime conviction que celles ci ne diffèrent de la volonté divine. Quiconque adopte une telle posture aura la félicité ici-bas et dans l'au delà.
Sur ce je vous invite à prendre conscience des attributs divins et non précaire du marabout, même si ce dernier incarne de temps à autre le personnage d'un simple être humain.
Par conséquent, le Mouride doit classer son guide spirituel hors catégorie, au dessus de toute rivalité possible et ne jamais voir en lui un simple être humain, dans le cas contraire il sera à coup sûr perdant.

Serigne Khadim Gaydel Lô

"J’invite l’humanité toute entière à  regarder de plus près l’engagement dont à fait preuve Cheikh Ahmadou Bamba durant l’exil, autant d’épreuves et de sacrifices surmontées avec bravoure et abnégation pour la plus noble des causes : le salut de tous les peuples....

...Serigne Abdoul Ahad Mbacké disait que l’engagement sincère nous prive de liberté...
Sachons ainsi que c’est dans l’isolement et la solitude, sans une quelconque assistance devant ces innombrables obstacles, que Khadim Rassoul a lutté non pour sa personne ni pour son peuple uniquement, mais pour que toutes les sociétés partout dans le monde puissent trouver le salut dans ce vaste champ qu’il aura lui seul réussi à défricher. ..
Hormis le plaisir qu’il éprouvait à formuler ses panégyriques exclusivement destinés à son bien-aimé le prophète Mouhamed (PSL),  toute sa vie était truffée d’épreuves et d’entraves de toute sorte, tantôt encerclé de soldats prêts à tout faire, tantôt devant l’autorité coloniale, seul dans leurs bureaux sans personne à qui demander ou faire faire quoi que ce soit, jamais. De Jéwol à Dakar il aura tout enduré....
...Aujourd’hui certains mourides ont  tendance à tout prendre à la légère. Même pour venir à Touba célébrer le Magal on cherche des excuses. Le peu que nous apportons nous suffit amplement, on n’ose même plus faire certaines dépenses. Regardons plutôt  l’engagement des premiers adeptes de Khadim Rassoul qui ont subi tortures et répressions, ont été persécutés, opprimés  mais n’ont jamais reculé. Ils ont accepté de tout perdre pour montrer leur reconnaissance à celui qui est le sauveur de toutes les générations, pourquoi pas nous ?
Les époques diffèrent certes, les temps changent et les hommes s’égarent de plus en plus. Mais ne perdons pas de vue cette voie tracée par nos prédécesseurs car si nos attentes sont satisfaites, si nos rêves se concrétisent c’est grâce à la bénédiction de Khadim Rassoul.
...Serigne Touba est tout ce que nous avons, nous mourides comme richesse."...

Serigne Khadim Gaydel Lô

"La responsabilité qui incombe à la femme est manifestement plus élevée que celle de l'homme.

2000 ans après la création du premier homme Adam, le Tout-Puissant tira de celui-ci une côte avec laquelle Il créa un autre être humain dans une version améliorer:  Ève.
D'une part, il serait irrationnel de parler de parité entre l'homme et la femme d'autant plus que le premier a 2000 ans de plus que la dernière.
D'autre part, le fait de dire que la femme est incomplète, comme il est de coutume dans nos sociétés, est infondé. En mathématiques, la soustraction donne suite à une diminution. Donc si Dieu a soustrait une cote à Adam pour créer Ève qui est, elle, complète, alors qui du mâle ou de la femelle est incomplet ? 
Cela va soi!
...La femme est un être béni de Dieu; de ce fait, toute entreprise à laquelle elle est associée, prospérera indéniablement. Elle bénéficie, en plus, du protectorat du Tout-Puissant, qui à cet effet, lui a doté d'un port vestimentaire pudique qui inspire respect et estime: il s'agit notamment de la pagne et du foulard pour se couvrir la tête.
La femme doit être consciente de ses qualités, mais elle doit également savoir rester digne à la hauteur de sa noblesse.
Aussi puissant qu'un être humain puisse être dans la vie, une femme se vantera irrévocablement de l'avoir enfanté. Tout le monde a une mère, même le saint prophète qui est dépourvu de père, en l'occurrence Jésus fils de Mariam.
D'une Mariam à une autre, nous notons que celle qui est plus connu sous l'appellation de Mame Diarra Bousso, avait fait le serment de laver l'image de la femme dans l'islam qui avait été terni par lesfemmes. 
Cette responsabilité endossée par Sokhna Diarra incombe à toutes les femmes. En effet, Dieu les a valorisé de telle sorte qu'Il a fait de leur ventre l'antre de ses secrets. En effet c'est dans le ventre de lafemme que s'effectue les prémices de toute vie humaine. Par conséquent, elle doit se couvrir, éduquer son langage et avoir de la pudeur.
La femme est une valeur sûre.
D'ailleurs, ce n'est pas pour rien que les plus belles pierres précieuses et les plus beaux métaux comme l'or ne servent de parures qu'aux femmes".

Serigne Khadim GAYDEL Lo

Serigne Khadim Gaydel ne rate jamais une occasion pour conscientiser les jeunes qui sont vulnérables et très exposés aux mutations sociales. Khadimrasaoul.net vous propose quelques séquences du sermon de Borom Ndame lors du Grand Magal deTouba en 2013, dans lesquelles le guide s'adresse, spécifiquement à la jeunesse:

"Revoyons les premiers talibés et combien ils étaient persécutés …leurs maisons étaient brulées, leurs bétails volés, quand ils venaient se complaindre …Serigne touba leur disait de prendre exemple sur les compagnons du prophète …

J’appelle la jeunesse mouride en particulier et la jeunesse musulmane en général à plus de vigilance et de sérénité .En effet dans ce monde contemporain ; de bâbord a tribord, il y'a une crise des valeurs et des appels multiformes a tous les niveaux (terrorisme, lobbies....).  Référons nous à  la conduite de Cheikhoul Khadim et à  ses saints écrits dans une lancée dynamique permettant de distinguer le vrai du faux , le tartuffe de l’érudit .Une telle entreprise lui même nous le conseille dans son traite de théologie du Massalikal Jinaan en ces termes   : « Tout ce qui a  une forme arrondie n’est pas un gâteau et tout point lumineux n’est pas la lune. »    …

Chers disciples et plus particulièrement mes amis jeunes, donnons à Cheikh Ahmadou Bamba la place qu’il sied. Son histoire donne amplement des raisons de croire en nous-mêmes .Au demeurant à travers son personnage nous avons ce qu’aucun peuple n’a jamais eu comme référence. "

Serigne Khadim Gaydel Lô

Page 3 of 3
© 2017 Khadimrassoul.net All Rights Reserved. Designed By Cellule Communication DRLH