الأربعاء 24 ربيع الأوّل 1439 Wednesday 13 December 2017

PassPass[43] : Le combat multidimensionnel de Cheikh Ahmadou Bamba Featured

Hormis le plaisir que Cheikhoul Khadim éprouvait à formuler ses panégyriques exclusivement destinés à son bien-aimé le prophète Mohamed (PSL), toute sa vie était truffée d’épreuves et d’entraves de toute sorte. Tantôt il était encerclé de soldats prêts à tout faire pour le nuire, tantôt il se trouvait devant l’autorité coloniale, seul dans leurs bureaux sans personne pour l’assister.

Il en fut ainsi de Jewol où il était seul en face des spahis avec comme unique arme la basmallah, à Dakar avec les atrocités qu’il y a subit, en passant par Saint-Louis. Que dire alors de son pénible séjour en Afrique central où il était soumis à des amplitudes thermiques terribles en plus des bêtes sauvages, des mouches de Tsé –Tsé, des pluies diluviennes, un froid insupportable, l’humidité et la chaleur des tropiques, la brise maritime très corrosive. Ces conditions climatiques dans les lointaines contrées où il fut déporté étaient épouvantables ; tant de souffrances qu’il a endossé pour l’humanité toute entière.

Toutefois, si avec les colons il s’agissait d’une lutte non- violente dans l’optique de la résistance face à l’oppression, avec les arabes de la Mauritanie et d’ailleurs, il s’agissait d’une autre forme de lutte : celle de la promotion scientifique, toujours dans la logique de la restauration de la dignité de l’homme noir. En effet son exil de 1903 en Mauritanie a eu pour conséquence de mettre fin à  l’hégémonie des arabo-berbères sur les sciences religieuses, prouvant de parfaite manière et si besoin en était que l’Islam est  une religion universelle fondée sur le degré de croyance en Dieu et non sur la couleur de la peau. En d’autres termes face aux Arabo-berbères et dans une Afrique où le noir musulman adoptait souvent une attitude de suivisme dans la religion, il a eu à donner à l’Islam son éclat d’universalisme. En clair Serigne Touba fut promoteur d'une véritable révolution culturelle africaine ayant comme assise une dignité restaurée de l’homme noir.

D’ailleurs ce qui étonnait plus les maures c’était par exemple son parfait maniement de la langue arabe. Ils se demandaient, comment un noir qui n’avait jamais fréquenté aucune des grandes universités de langues pouvait communiquer en un arabe si éloquent et pur .Mais les maures se demandaient également comment ce noir était-il parvenu à produire une littérature si féconde avec un nombre considérable de livres sur la religion de Dieu sans plagiat ni répétition aucune dans ses écrits. Il leur était également incompréhensible, le fait qu’un noir pouvait manifester un amour si inégalable pour le prophète Mohammad (psl) au point de lui dédier des milliers de poèmes, mais aussi le fait que ce noir pouvait répondre à toute question mystique ou sur la tradition avec une précision chirurgicale sur la Loi.

Ainsi étant conscient de cette précellence de Serigne Touba, un poète maure du nom de Mohamad ibn Al hassane lance cet appel universel : « hommes levez-vous et témoignez ! Ne gardez pas ce que vous savez, vous commettrez une agression.  Je vous demande.  Avez-vous vu quelqu’un qui prie et se prosterne tel que le fait le Cheikh El Khadim ? Si vous dites-nous ne lui connaissons pas de semblable vous direz vrai.  Sinon vous serez dans l’erreur.  Je témoigne qu’il n y a pas sur terre de noble que Cheikh Ahmadou Bamba».

Dès lors chers disciples et plus particulièrement mes amis jeunes, je vous exhorte à avoir la plus haute considération envers Cheikh Ahmadou Bamba, à vous référer à sa conduite et à ses saints écrits.

Serigne Khadim Gaydel Lô

Rate this item
(0 votes)

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

© 2017 Khadimrassoul.net All Rights Reserved. Designed By Cellule Communication DRLH