الأربعاء 24 ربيع الأوّل 1439 Wednesday 13 December 2017

Nétali[43] : Le Chemin de l’Exil : l’étape de Dakar

(…) Le jeudi 28 Raabi’oul-awal 1313 de l’Hégire, Cheikhoul Khadim fut transféré de Saint-Louis à Dakar. À son arrivée au crépuscule, c’est au moment où le Cheikh chercha à rompre son jeûne qu’il fut interpellé et conduit en un endroit obscur et insalubre. À peine fut-il à l’entrée de cette étroite chambre qu’on le déposséda des turbans dont il se servait pour envelopper sa tête. Il fut jeté de force à l’intérieur et son pied fut transpercé  par une des pointes fixées au sol et son sang coulait. Mais jamais il n’a manqué d’opiniâtreté car, dans la douleur, son premier réflexe, fut la célébration, d’une  prière au cours de laquelle il récita les deux sourates les plus longues du Saint Coran pour réaffirmer sa soumission à  DIEU son seul et unique GARANT. Cependant L’étroitesse et les autres aspects négatifs de la chambre ne lui permirent guère de faire une prosternation.

Cheikhoul Khadim reçu en ce lieu la visite (ésotérique) de Soxna Mame Diarra Bousso, sa vénérée mère  qui lui dit :

« Je suis ton seul témoin ; Ce qui t’arrive présentement n’est qu’un début et le plus dur reste à venir car tu as  juré dès ta naissance que tu vas adorer le Seigneur Tout-Puissant et servir son Prophète Mohamed (psl) comme nul autre ne l’a jamais fait ».

Ensuite le Cheikh atteste avoir reçu, dans ce lieu sinistre, la visite du Prophète Mohamed (psl) qui l’a encouragé en lui recommandant de se rappeler du « Martyr » de la bataille de « ouhoud », notre maître Hamza. Mais ils ont également eu une discussion dont lui-même, Cheikhoul Khadim, ne révélera jamais le contenu.

Enfin Serigne Touba y a reçu les Anges Gabriel (Djibril), Michaël (Mikà-îl), Séraphin (Izrafil) et Azra-îl qui se présentèrent à lui à cause de l’atrocité des souffrances qu’il subissait en ce moment.

C’est d’ailleurs relativement à ce qu’il a subit dans cette prison sordide, spécialement aménagée pour lui que Khadimou Rassoul dixit : « Chaque fois que je me souviens de ce séjour (dans cette chambre), de ce commandant qui en avait donné l’ordre, j’éprouve l’envie de recourir aux armes pour me venger, mais c’est le Prophète Mohamed (psl) qui m’apaise jusqu’à ce que je redevienne calme. »

C’est après cette épreuve qu’il put de terminer son poème intitulé « ASSIROU » qu’il avait commencé à Saint-Louis.

C’est également à Dakar qu’il fut abandonné seul dans une ruelle face à un taureau dressé. Ce taureau fut intercepté dans son élan et anéanti par l’ange DJIBRIL(Gabriel), sur ordre de son Seigneur.

Cheikhoul Khadim fut interpellé, par ailleurs, à ce sujet par Cheikh Sahdou Abi un grand érudit et saint homme  Mauritanien qui lui a demandé ses sensations lorsqu’il fut face à l’animal dressé contre lui. Sa réponse fut la suivante : «Saches que, si je pense à autre chose que mon Seigneur Dieu le Tout-Puissant, je serai maudit  à l’instant même où cela m’arriverai».

Serigne Touba fut ensuite reconduit au camp (actuel camp Dial Diop) et placé en garde à vue. C’est alors qu’Ibra Binta Gueye interpella son supérieur hiérarchique et lui demanda de lui confier le détenu. Ce dernier accepta sous la réserve que, si le détenu s’échappait, alors il prendrait sa place. Il fut ainsi accompagné de son hôte et regagna sa maison. Il laissa Khadimou Rassoul chez lui et s’en fut chercher des talismans et autres remèdes dans le souci de l’aider à s’en sortir. A son retour, ibra Binta Gueye se mit à creuser un peu partout et commença à enterrer ses gris-gris. Khadimou Rassoul lui dit alors que le voyage qui se préparait, est de sa volonté, celle de DIEU et de son envoyé, et il lui confirme par la suite : « J’irais et je reviendrais. Tu assisteras à mon départ et à mon retour saches que tu feras partie de ceux qui auront le privilège de m’accueillir ».

Le mot « retour »  prononcé par Khadimou Rassoul le réconforta amplement et il renonça à toutes ses démarches préventives. Il  ne put s’empêcher de sourire, très heureux d’entendre cette merveilleuse nouvelle et Le Serviteur du prophète(PSL) lui donna en cadeau, une natte, un chapelet et des invocations à faire.

(…) Lorsque Cheikhoul Khadim fut emmené sur le bateau, avant le départ, il y reçut la visite de nombreux de ses disciples dont, Cheikh Ibrahima FALL, mais aussi Cheikh Mandoumbé MBACKE. A ce propos, le Cheikh dit : « Mon disciple, le véridique (Cheikh Ibrahima FALL) me trouva sur le bateau et a éprouvé de l’écœurement après sa visite »

A Cheikh Mandoumbé MBACKE, Serigne Touba recommanda: « Ô vous mes disciples retournez donc d’où vous venez car, sachez que je vous ai placé entre les mains du meilleur GARANT. Retournez ! Car sur tout ce que j’ai placé sous votre responsabilité, pas même une seule branche ne se cassera »

Il se retourna sur Cheikh Ibrahima FALL et lui confia : « Soyez endurants pour ce qui est de l’adoration de DIEU, ce voyage sera la source de votre bonheur mais également celle d’autres générations futures ».

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Serigne Moussa Kâ dit : « S’il n’y avait pas eu son voyage, les « ouolofs » deviendraient des « blancs » et je jure au nom de DIEU que si tel était le cas nous irions nous tous périr en enfer »

D’ailleurs à propos même des causes mystiques de son Exil Khadimou Rassoul a dit :

« Les causes ésotériques de mon voyage sont les suivantes : DIEU a voulu m’honorer de dons qui n’ont jamais été et ne seront jamais l’apanage d’une créature. Il a voulu également que je sois l’intercesseur des miens et l’éternel serviteur du prophète ».

Serigne Khadim Gaydel Lô

Rate this item
(0 votes)

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

© 2017 Khadimrassoul.net All Rights Reserved. Designed By Cellule Communication DRLH