الجمعة 29 المحرّم 1439 Saturday 21 October 2017

Netali[40] : Cheikhoul Khadim : La lumière du pacifisme dans un monde en péril

Devant les accusations infondées qu’il subissait et face à l’entreprise infernale des colonisateurs qui voulait sa disparition, Cheikh Ahmadou Bamba voyait, des options s'offrir à lui.

L’une aurait pu être  de continuer à s'esseuler solitairement tout en faisant fi des turpitudes de ce  monde immédiat. Pour le Cheikh cela équivaudrait certainement à ne pas s'occuper des souffrances des populations ; ce qui n’était pas dans son caractère.

L'autre option aurait été l’application d’une certaine violence de fait qui du reste pouvait trouver sa justification dans la résistance face à l’oppression. Car d’autres l’ont fait avec indubitablement  des résultats mitigés.

Dans la Sénégambie par exemple  Lat Dior Ngoné Latyr Diop s’opposa vaillamment à la pénétration française, surtout  à partir de 1875, date à laquelle le Gouverneur Brière De L’Isle décida  de construire le chemin de fer reliant Dakar à Saint Louis. La résistance de Lat Dior ne fit  pas long feu. De  même El hadj Omar(RA)  après un succès à Marcoia le 20 novembre 1859 puis à  Niamina le 23 mai 1860 connut une fin d’épopée dans les falaises de Bandiagara le 12 février 1864. Son  fils Ahmadou Cheikhou, après une série de rapports tumultueux faits de révoltes et d’alliances  fut astreint à quitter sa capitale qui tomba en 1890 sous un déluge de feu. Aussi le Saint Samory Toure, surnommé  Napoléon noir de l’Afrique avec ses fameux Sofas finit par perdre son empire tout comme le roi  Béhanzin est surpris le 19 janvier 1894 par la colonne expéditionnaire dirigée par Dodds.

Autant entre 1885 et 1887 Hamdou Lamine subit l’echec, de même que Fodé Sylla, le Marabout Roi de Kombo. Il en sera de même  pour  Fodé Kabba, le chef Musulman de Niamina et des districts de Casamance et de Gambie (1898 et 1901). (Que Dieu soit satisfait d’eux).

Malgré la défaite de ces d’éminents héros d’Afrique, l’option de guerre pouvait bien réussir dans ce cas-ci car la détermination de ses talibés était bien exemplaire et unique dans l’histoire. Il ne fait de doute que si le Cheikh avait pris les armes, le résultat serait bien diffèrent du fait de la dévotion des Mourides à sa cause. Preuve de cela ne peut être plus probante que le témoignage de  Lesselves qui dispose : “Les plus injustes des hommes et les plus ignorants de réalités humaines sont ceux qui avaient porté contre lui de fausses accusations à  lui prêter I ’ambition du pouvoir temporel.  Je sais que les Prophètes et les saints qui ont mené une guerre sainte l’ont fait sans disposer de la moitié de la force dont dispose ce Cheikh.”

Cependant, Cheikhoul Khadim opta plutôt pour une autre forme de résistance en prenant sur ses épaules  toutes les souffrances de son peuple. C’est d’ailleurs en cela que le Magal aujourd'hui est l'expression de la réussite que l’on peut constater.

Ainsi, s’exprime à travers cet engagement pour la paix du fondateur du mouridisme, la doctrine mouride qui nous inculque la tendresse, la compassion, l’humilité, le pardon, la tolérance et les conceptions de justice, à l’aune de ce verset du Coran (Sourate Yunus, 25) : « Allah appelle à la demeure de la paix. »

Serigne Khadim Gaydel Lô

Rate this item
(1 Vote)
Last modified on %PM, %09 %629 %2017 %14:%Oct

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

© 2017 Khadimrassoul.net All Rights Reserved. Designed By Cellule Communication DRLH