الخميس 6 جمادى الثانية 1439 Friday 23 February 2018

Actualités Islamiques

Actualités Islamiques (377)

Aprè le rappel à Dieu de SErigne Cheikh Khady, Un autre fils de Borom Darou prend les reines du Khalifat de Darou Moukhty.

Khadimrassoul.net reviendra en gros plan sur ce personnage emblématique de Darou Moukhty.

Le Khalife général de Darou Mousty, Serigne Cheikh Khady Mbacké, a été rappelé à Dieu ce mercredi 6 décembre. Digne représentant de Mame Thierno Birahim, le défunt Khalife était connu pour sa piété, son humilité et sa grande générosité. La communauté mouride perd en lui un grand pilier.

khadimrassoul.net presente ses condoléances à toute la famille de Mame Thierno Birahim et à toute la ouma islamique pour cette grande perte.

L’humanité a mal, très mal de se savoir si prés du chaos qui le guette et qui risque de le précipiter dans les abîmes d’une guerre de religion, auxquelles elle refuse de croire, mais quelle est contrainte de reconnaitre puisque ne disposant pas d’arguments pour la réfuter au moment où historiens, politiques et chercheurs, bref l’intelligentsia judéo-chrétienne est incapable de résoudre la crise.

Les Musulmans s’organisent et résistent à la violence qui progressivement s’empare de tout. A en croire Serigne Khadim Lô Gaydel, la réponse au terrorisme se trouve dans la science de Serigne Touba. Poursuivant sa logique, Serigne Khadim déclare que Serigne Touba Khadimou Rassoul, avait prédit de rayonner sur la tête des hommes, mieux sur la tête des Musulmans du monde entier. C’est pourquoi aujourd’hui que le monde est au bord du chaos, clivé par une lutte de religion sans merci Serigne Touba Khadim Rassoul s’impose.

Bamba s’impose car ces recettes à nulles autres pareilles se présentent comme l’ultime solution aux défis du radicalisme et du djidahisme.

 Remontant la pente de l’histoire, Gaydel renseigne que face aux toubabs qui l’ont persécuté de la maniére la plus cruelle, des chatiments corporels à la déportation au Gabon, Serigne Touba a opposé sa foi en Dieu, sa générosité, et son refus des valeurs existentielles qui ont fini de l’immuniser contre les démons de la violence et satan. Il n’a opposé à ses ennemis qu’un seul argument.

Le Jihatoul NAFSU, qui est un principe spirituel de mortification qui démarque l’âme des plaisirs, pour le contraindre à l’adoration de Dieu. Pourtant aristote, le grand philosophe s’était écrié : connais toi, soutenant que l’homme ne se connait pas, mais du plus petit grain de sable à l’astre qui éclaire ses nuits, rien ne lui est inconnu. C’est dire, indique Gaydel que l’on est en plein dans les limites du cartésianisme.

L’heure est grave et rien ne peut justifier la réticence à s’impliquer par la science de Serigne Touba, dévolue à tous ceux qui se sont nourris de ses khassaides. La dictature de l’urgence commande que les belligérants déposent les armes, pour prendre la voie de la pacification de l’humanité par le biais de l’Islam. Il n’est pas permis de dévoyer l’Islam de sa fonction originelle soutient Serigne Khadim. L’Islam est une religion de paix et de miséricorde, la seule qui confirme la totalité des prophéties antérieures à celles de Mouhamed (PSL).

Moïse ou Moussa prophètes du judaïsme, Jésus fils de Marie ou Issa IBN Mariam (prophète du christianisme paix et salut sur eux).

Doit on, s’interroge Serigne Khadim Lô, stigmatiser ces musulmans porteurs de paix universels, instruits par Allah, d’aimer et de respecter, de ne faire aucune différence entre tous les messagers.

Non propose Serigne Khadim Lô Gaydel, la vérité est dans la science de Bamba, c’est pourquoi, soutient il, il urge de convoquer les assises de l’Islam, dans le but de rattraper la paix menacée, pour  promouvoir un Islam moins calomnié, un Islam propre, porteur de paix, et de progrès, pour le bien de l’humanité.

Par Ousmane Diouf

 

Gamou Annuel de Bakhdad : histoire d’une genèse

Dans une époque d’oppression, d’interdiction de pratiques libre de toute forme de religion, dans une époque coloniale, Serigne Touba fut le premier à braver « l’autorité coloniale » pour magnifier la grandeur du Prophète MOUHAMAD.

La voie nous a été ainsi montrée pour la célébration du Mawlid et ainsi la pratique, se perpétua dans tout le Sénégal bien des années après lui. Le model de célébration laisser par le Saint Homme fut la régence de tout un peuple, de tout une nation et de tout un contient et bientôt de tout un univers.

Par le biais de ces khalifes, cette tradition référentielle est toujours en vigueur et est toujours célébrée selon les préceptes de Cheikhoul Khadim. Ainsi, la plus grande célébration de la nuit du Prophète se fait dans la ville sainte jadis érigé. C’est ainsi que de Serigne Moustapha Bassirou MBACKE (1er Khalife-fils de serigne Touba a) Cheikh Saliou MBACKE (5ème Khalife-fils de serigne Touba) a ses petits-fils khalifes la célébration de la nuit de la prophétie occupe une place principale dans la vie religieuse mouride.

Cheikh Saliou MBACKE, délégateur de la nuit du prophète a Serigne Khadim LÔ Gaydel

C’est dans sa sainteté, au moment d’une visite que lui a rendu son fils disciple et ami Serigne Khadim LÔ Gaydel s’est vue octroyer la capacité de célébrer le Mawlid avec toute la famille Gaydelienne ;

Cette bonne nouvelle n’étant pas suffisante aux Yeux du dernier khalife-fils de Cheikhoul Khadim, il y ajouta le privilège de jumeler le Gamou de Bakhdad à celui de de Touba et aussi l’unicité de la réception de Cheikh Saliou MBACKE a Bakhdad tous les Gamou jusqu’à la fin des temps.

« Gamou mo di ndigalam magal di lepam… »

C'est avec ces mots que le chanteur illustre la vie de sa majesté compris entre la célébration du grand magal de sa référence Cheikh Ahmadou Bamba qu'il ne manque pas d'honorer par tout bienfaits et piété. Le magal de cette année a été placé sous le seuil de la bienfaisance et la bienveillance de serigne Touba avec la réception inattendue et exceptionnelle d'un cadeau de la part du khalife général des mourides le 17 safar.

Ceci ayant été fait tous les penser vont à la deuxième partie de la vie de Serigne Khadim LÔ qui est le Mawlid. En effet comme le dit le chanteur, c'est de la part de Serigne Saliou MBACKE qu’a reçu l’ordonnance de célébré annuellement le Gamou avec la famille Gaydelienne à Thiès, LUI (Serigne Saliou) assurant que sa Personne célèbrerait le Mawlid dans sa tente, et que le Gamou de Touba est par le biais de cette ordonnance, serait à tout jamais fondu dans celui de Serigne Khadim LÔ GAYDEL…. (A SUIVRE)

« Oui, le nombre des mois, pour Dieu, est de douze mois inscrits dans le livre de Dieu, le jour où Il créa les cieux et la terre. Quatre d’entre eux sont sacrés. Telle est la religion immuable. Ne vous faites pas tort à vous-mêmes durant ce temps. » [Sourate 9 – verset 36]

Ainsi la communauté musulmane du coté de notre pays ont aperçu le croissant lunaire en ce début de soirée de vendredi. Ceci marque le début du troisième mois musulman et annonce un des plus grandes célébrations dans l’Islam à savoir la magnification de la naissance de l’Illustre Prophète Mohamed (PSL). En effet dans plusieurs cité religieuses célèbrent cet évènement avec une grande ferveur.

A Thiès, Serigne Khadim Gaydel Lô Borom Ndame n’est pas reste.  

« Gamou mo di ndigalam Magal di lepam.... » C'est avec ces mots que le chanteur illustre la vie de sa majesté compris entre la célébration du grand Magal de sa référence Cheikh Ahmadou Bamba qu'il ne manque pas d'honorer par tout bienfaits et piété. Le Magal de cette année a été placé sous le seuil de la bienfaisance et la bienveillance de Serigne Touba avec la réception inattendue et exceptionnelle d'un cadeau de la part du khalife général des mourides le 17 Safar.

Ceci ayant été fait toutes les pensées vont à la deuxième partie de la vie de Serigne Khadim LÔ qui est le Maouloud. en effet comme le dit le chanteur, c'est de la part de Serigne Saliou MBACKE qu’a reçu l’ordonnance de célébré annuellement le Gamou avec la famille Gaydelienne à Thiès, LUI (Serigne Saliou) assurant que sa Personne célèbrerait le Maouloud dans sa tente, et que le  Gamou de Touba est par le biais de cet ordonnance, serait à tout jamais fondu dans celui de Serigne Khadim LÔ GAYDEL.

Le Gamou de Serigne Khadim Gaydel Lô serait ainsi célébré au jour du mercredi 23 décembre 2015 à la cité sainte de Bakhdad (Thiès).

Khadimrassoul.net vous accompagne durant tout l’évènement.

 

Mouhamed Diehdiou .

 

« DUNDAL NA GUDDI GAMOU CI ATUM 1310 DE L’HEGIRE »,

« J’ai célébré la nuit du Gamou en 1883 »

 Le premier, tout simplement celui qui a consacré toute sa vie son œuvre a un travail pour DIEU et son Prophète, fut le premier au Sénégal à célébrer la sainte nuit de Mawlid comme en atteste cette phrase émanant de LUI.

Pour montrer la magnificence du Prophète Serigne Touba jeunait dès le premier jour du Mois de Gamou et que chaque nuit Il, serigne TOUBA, faisait en faire des récitals du coran ainsi que des récitals de khas aides avec de la nourriture en abondance destinés au disciples au tout autre personne. La nuit du Gamou un récital de 12 Vers -beuhites-  des trois (3) khas aides que sont moukhadimate, DIEUZBOUL KHOULOB et MAWAHIBOU par 3 kourel diffèrent était ordonnée accompagne d’un récital par une personne choisit des vers de BARZAN toujours de la nourriture ainsi qu’un prêche sur le vécu du prophète continuait jusqu’au petit matin….

Lui, Serigne Touba, à ordonner de célébrer ainsi, selon ces critères, la nuit sainte de la naissance du prophète afin de bénéficier des bienfaits de la célébration du prophète…

De nombreux bienfaits sont ainsi énuméré par Serigne Touba dont :

-          Le rang de shahid de la célèbre et difficile bataille de BADAR

-          Le rang de shahid de la bataille de Ouneyni

-          L’obtention de bienfaits, de bonheur ainsi que la protection contre les fléaux

-          L’obtention d’une protection de sa famille tout entière…

Cette tradition et ces dire de Cheikhoul Khadim ont, depuis lors, étaient perpétrés par sa famille et ces disciples. Tous ses khalifes ont repris le flambeau allant jusqu’à déléguer la compétence de célébrer le Mawlid a d’autres….

Mouhamed Diehdiou, Khadimrassoul.net

Le Grand Magal 2015 commence sous le signe de la bénédiction et de la bienfaisance de du khalif général des mourides qui, par le biais de son fils, en l'ocurrence Serigne Abdou Samath MBACKE et, Serigne Barra MBACKE son petit fils, vient offrir un énormissime boeuf a Serigne Khadim Lo Gaydel, lui temoignant sa sympathie et sa bénédiction pour cette 120ème édition du Grand Magal de Touba.
En effet, en vue de la préparation du Magal, l'octroi de ce boeuf venant du khalif de Serigne Touba représente une énorme satistisfaction pour la communauté gaydelienne. Ce cadeau est d'autant plus noble et symbolique pour les Gaydeliens, qu'il fut très bien acceuillit et célébrée avec anthousiasme et émotion dans une grande ambiance de Guede Antre de son excellece Borom ndame .
La récéption de ce cadeau est la consécration du travail accompli par serigne Khadim Lo Gaydel au nom de la communauté mouride, musulmane et de l'humanité tout entière; Qui n'a que pour seule raison d'etre la satifaction des desires de Seringe Sidy Mokhtar MBACKE dont il est l'ami, le disciple et le serviteur.
L'accomplissement de plusieurs travaux par Serigne Khadim LÔ pour le Khalif dont la Grande Mosquée de Touba, de Massalikoul Djinan a Dakar, le Foulkoul Mashone etc, témoigne de son allègence au Khalif de Serigne Touba
Khadimrassoul.net

L'organisation du Magal chez Borom Ndame prend un autre envergure cette année . En effet une innovation de taille réalisée par la division des cellules du Diwane Rahmatane Lil Haalamina vient s'ajouter au programme : la final de la tournée Chahaadatou Chahiid.

C’est en 2014 que la tournée a débuté dans les différentes cellules de ladite Diwane à savoir Grand Thiès, Diamagueune, Yeumbeul, Grand Standing... . A la sortie de ces tournée quatre candidats ont été retenu pour disputer la finale . Le meilleur qui aura agréablement chanté les panégyriques  de Borom Ndame remportera le precieux sésame.

Qui sera le vainqueur ?  Suivez l'événement en direct sur Khadimrassoul.net .

Bakhdad à l’heure du Grand Magal de Touba 2015

A 48h du grand Magal de Touba, la communauté gaydelienne s’affaire dans les dernières préparatifs de l’événement annuel le plus vibrant. La cité religieuse commence à afficher un calme notoire après le départ des camions transportant les bagages et matériels d’organisation.

L’affluence se prépare à partir de toutes les cotés du sénégal où la communauté  est représentée.

Serigne Khadim Gaydel Lô a depuis le début du mois de Safar  un calendrier plus chargé avec des audiences multiples et une coordination continue pour ne laisser aucun détail.

Cette année, le comité de pilotage a peaufiné sa stratégie d’organisation avec  des innovations majeures comme la mise à disposition de bus de transport pour l’institut coranique et entre autre   l’acquisition de matériels neufs.

Khadimrassoul.net compte vous faire vivre dans tout son art, cet événement spécial.

En ce troisième jour du mois béni de Mouharram naquit cheikh Abdoul Khadir Mbacké à Ndame Daroul Halim. Ce jour là Cheikh Ahmadou Bamba fit venir son bras droit, Mame Thierno Ibra Faty pour lui donner des recommandations à l’endroit du nouveau né qui allait devenir son 4e khalif et formula ses prières tout en se réjouissant de cette bonne nouvelle. Il dit à Thierno d’emprunter le chemin le plus long possible pour aller le baptiser car qui croisait son chemin serait épargné des flammes de l’enfer.

Sa mère Sokhna Aminata Bousso est la fille de Serigne  Mboussobé, un frère de Sokhna Diaratoulahi, la mère du Cheikh. Ainsi de par sa mère, Serigne Abdoul Khadir Mbacké aurait été le neveu du Cheikh s’il n’avait pas été son fils.

Il fit ses études coraniques auprès de Serigne Abrourahmane Lo à Ndame, et poursuivit son cursus avec les sciences religieuses  à Guedei Bousso avant de se rendre chez Serigne  Modou DEME un des érudits de cette époque avec qui il compléta son périple universitaire.

Fin lettré, il marqua de son empreinte indélébile chaque  personne qui le rencontrait et à travers sa très vaste culture il émerveillait  ceux qu’on lui présentait.

Sa vie était partagée entre les recommandations du Maitre de l’univers et les actes surérogatoires selon la tradition du prophète Muhammad (PSL) tels qu’enseignés par son illustre père, le Serviteur privilégié du plus louangé parmi les  envoyés.

Il incarnait avec la plus grande perfection les valeurs communautaires de l’islam en entretenant d’excellentes relations avec toute la Ummah et fit de la tradition du prophète son sacerdoce ; on croirait revivre l’époque du Cheikh dont il serait une véritable métempsycose.

Entre prière du vendredi, celui des fêtes telles que la tabaski, la korité ; il se pointait toujours le premier jamais quelqu’un ne pouvait dire qu’on attendait l’imam en ces occasions de rassemblement communautaire.

« Wa maa oumirou, illa li yahboudoullaha…… » et « Wa ma khalqtoul jinnah wal insa illa li yahboudùni » ces versets coraniques  semblaient être les socles sur lesquels il s’appuyait pour témoigner la sacralité du devoir d’adoration.

A son actif on comptabilise selon le témoignage de son plus proche entourage, 55ans de prière en groupe. Il dirigea la prière du vendredi dans la grande Mosquée de Touba pendant 23 ans durant lesquels il fut absent uniquement le mois où accompli pèlerinage à la Mecque  et les trois jours qui précédèrent son rappel à Dieu.

On raconte de source sûre qu’un jour à Bakhdad son fief, il pleuvait des cordes au moment de l’appel du muezzin pour la prière de Zuhr (tisbaar), les disciples le supplièrent de rester prier pour éviter d’être  trempé en ce mauvais temps, alors il prit un parapluie et se dépêcha vers la mosquée. A son retour il précisa qu’avoir les habits mouillés valait beaucoup mieux que de les avoir calcinés.

Son engagement à perpétrer la tradition du Prophète reflète Son attachement à faire valoir l’éducation, l’apprentissage et surtout la pratique des préceptes enseignés dans les nombreux daara qu’il implanta  un peu partout.

Veritable Ascèse on le reconnaissait par sa sobriété, sa stature, sa démarche rapide. Il visitait souvent les sépulcres de ses Grands parents, Serigne Mor Anta Sally à Dekhlé, Sokhna Diarra Bousso à porokhane et tant d’autres.

Son magistère fut si court (11mois), il vécu à l’instar de son père 75 ans pendant lesquels il marqua tous ses contemporains de par ses qualités humaines, ses valeurs morales, sa lumière et son ouverture inégalées.

Malgré son désintéressement des richesses mondaines, il fit l’objet de deux tentatives d’assassinat dont il fut épargné par la seule  volonté de Dieu. Aujourd’hui cela devrait éveiller nombres de défenseurs de  l’islam car si à cette époque là l’on se permettait une telle abomination envers un saint homme de la dimension de Serigne Abdoul Khadir Mbacké alors toutes nos craintes se justifient en ces jours sombres.

Birane Ngom

KhadimRassoul.net

{fcomment}
© 2017 Khadimrassoul.net All Rights Reserved. Designed By Cellule Communication DRLH