الإثنين 22 ربيع الأوّل 1439 Tuesday 12 December 2017

Actualités Islamiques

Actualités Islamiques (370)

Le Comité Régional de Développement (CRD) pour la préparation du Magal de Mbacké Cadior a été présidé le 09 Février 2016 à Louga par le gouverneur de la région Ange Faye et des autorités étatiques comme le préfet du département de Kébémer Gorgui Mbaye et le Sous préfet de Darou Mousty Mamadou Ly, sous la présence effective de Serigne Cheikh Thioro Bassirou Mbacké président du comité d’organisation du Magal de Mbacké Cadior accompagné d’une forte délégation d’autorités religieuses dont Serigne Cheikh Bara Lath et Serigne Cheikh Thioro Bassirou Mbacké dans son introduction a rappelé l’origine du village de Mbacké Cadior crée par le père du fondateur du Mouridisme Mamor Mor Anta Saly Mbacké vers 1880, ainsi que l’importance du Magal pour la communauté mouride et particulièrement pour le Khalife général des mourides Cheikh Sidy Moukhtar Mbacké IBN Cheikh Mouhamadou Lamine Bara Khadimou Rassoul.
Evaluation de la préparation du Magal de Mbacké Cadior
Le gouverneur de Louga Mr Ange Faye, assisté du préfet de Kébémer Gorgui Mbaye, du sous préfet de Darou Mousty Mamadou Ly et des membres du commandement territorial de Louga, a passé en revu pendant près de 3 tours d’horloge, en compagnie des chefs de services régionaux tous les points traités au niveau du CDD a Mbacke Cadior. Les décisions majeurs issues du CDD ont été passées en revue avec une interpellation des chefs de service et des suggestions du comité d’organisation par le biais de Serigne Cheikh Thioro Bassirou Mbacké le président.
Sur le plan de la santé, les dispositifs de l’année dernière seront renforcés, avec une forte mobilisation des agents de santé, des ambulances, renforcer la dotation en médicaments, en plus un appui en carburant pour les ambulances.
Le Service d’hygiène a promis de jouer leur partition pour la sauvegarde des conditions d’hygiène, afin de prévenir les maladies. De surcroît, un nombre très important d’ agents d’hygiène, seront également mobilisés pour faire la désinfection des lieux avant le Magal.
Du côté sécuritaire, la Gendarmerie promet de reconduire le dispositif de l’année dernière afin d’assurer des patrouilles, la surveillance de l’occupation des voies publiques et un bon plan de circulation, qui s’accompagne d’une sensibilisation très poussées s’impose surtout à l’endroit des motocyclistes et des charretiers qui sont les grands victimes des accidents. Des plaidoiries ont été faites pour une interdiction pure et simple des motocyclettes et charretiers lors du Magal.
Pour l’électricité, le responsable de la SENELEC de Louga a assuré que Mbacké Cadior sera hors délestage durant toute la période du Magal. Elle mettra en place 1 groupe de secours en renfort pour une bonne alimentation en électricité .
Le service de l’hydraulique a promis une alimentation correcte en eau. Des mesures ont été prises pour doter la ville en eau potable durant toute la période du Magal, avec un renforcement de citernes ,des bâches d’eau et gasoil, selon le responsable de ce services
Dans le cadre de l’assainissement, des camions citernes de vidange seront mobilisés et des toilettes publique installées à Mbacké Cadior.
La Direction de l’élevage a promis de déployer des agents avant le Magal pour inspecter les bœufs et autres.
La Direction des Eaux et Forêts a promis de faire la tolérance dans les limites du possible dans le transport du bois de chauffe et des produits.
La Sonatel a également promis de faire tout le nécessaire pour une bonne couverture de la ville sainte, tant sur le mobile, que sur l’internet.
Dans sa conclusion, le Gouverneur a exhorté tous les chefs de service présents à respecter leurs engagements. Il a promis d’instaurer un état major de tous les services et administrations pour un suivi régulier et une bonne communication pour que les attentes du Khalife général des mourides Cheikh Sidy Moukhtar Mbacké soient comblées.

Construite dans le village religieux de Diewol où Serigne Touba, alors en route pour Saint-Louis afin de répondre à la convocation du gouverneur de l’Aof, avait rencontré la puissance coloniale, la Résidence Khadim Rassoul a été saccagée à quelques jours de la célébration du Magal de Diewol. 
Imam de la localité, Serigne Cheikh Abdou Mbacké a vigoureusement condamné les actes perpétrés dans les colonnes de «L’Observateur». «Ceux qui ont saccagé la Résidence ont fait pire que les journalistes de Jeune Afrique qui ont caricaturé Serigne Touba. Ces derniers, peut-être, ne connaissent pas le Saint Homme. Ce qui n’est pas le cas pour ces soi-disant mourides qui ont délibérément profané ce lieu sacré. Voilà pourquoi nous ne comptons pas reculer dans cette affaire», a-t-il déclaré. Alors que des Dahiras Mourides de Louga et de Coki ont porté plainte contre X, un fait rarissime dans l’histoire de la confrérie mouride est à relever. En effet, en raison de la mise à sac de la Résidence Khadim Rassoul de Diewol, le Khalife général des mourides, Serigne Cheikh Sidi Moctar Mbacké, a décidé de reporter la 33ème édition du Magal de Diewol qui commémore la première étape du voyage de Serigne Touba Mbacké vers la ville de Saint-Louis sur convocation du gouverneur Leclerc en 1895.

khadimrassoul.net

Le magal de Diéwol, pour sa 33e édition, n’aura pas lieu cette année. Serigne Sidi Mokhtar Mbacké en a décidé autrement. L’information est parvenue aux organisateurs par le biais de son porte-parole Serigne Bass Abdou Khadre Mbacké. 

C’est la première fois depuis trente-trois ans que le magal est interdit. Des voix concordantes déclarent que des quiproquos au sein du comité d’organisation seraient à l’origine de la décision du Khalife Général des Mourides. L’événement commémore les moments historiques du face à face entre Cheikh Ahmadou Bamba et les spahis dans cette localité. Le fondateur du mouridisme se dirigeait à Saint-Louis pour répondre à la convocation du Gouverneur. C‘était en 1895.

La caricature de Cheikh Ahmadou Bamba continue de soulever des vagues. Le khalife général des khadres s’indigne et déclare qu' "attaquer Serigne Touba, c’est attaquer l'Islam". El Hadji Mame Bouh Mamadou Kounta condamne et dénonce cette pratique qui selon lui, offense la Ummah islamique. Le khalife de Ndiassane lance un appel à tous les musulmans du monde. « Serigne Touba est un symbole de l’Islam donc l’offenser, c’est offenser l’Islam », dit-il s. Sous ce rapport, il demande aux autorités étatiques, de prendre leur responsabilité pour qu’une telle chose ne se reproduise plus.

khadimrassoul.net

A Touba, la caricature de Serigne Touba par Jeune Afrique est toujours sur toutes les langues. Ce vendredi, c'est Serigne Khadim Tourè, leader du mouvement " Kènnal Serigne Touba " , qui s'est fait entendre. Le jeune marabout, qui a confiè sa parole à son jeune frère, Serigne Moustapha Touré alias Borom Bakh , a invité ses talibés à veiller au grain.
"Nous ne permettrons plus aux musiciens et aux lutteurs de crier le nom de Khadim Rassoul dans les bals, shows,dancings etc... Il en est de même pour les lutteurs qui convoquent Serigne Touba dans les arènes. Le fondateur du mouridisme mérite un meilleur égard. Nous n'avons pas le droit de laisser les gens jouer de sa notoriété pour se faire un nom. Notre guide spirituel n'a rien a voir avec ce qu'ils font", déclare Serigne Kènnal Tourè qui déplore le port de tee-shirts à l'effigie de Serigne Touba dans certains milieux répréhensibles aux yeux de l'Islam.

Auteur:Seydina Mohamed Diouf -Seneweb.com

La ville de Saint Louis a organisé une marche de protestation contre Jeune afrique à propos des caricatures sur Cheikh ahmadou Bamba ce vendredi 05 fevrier.

Aujourd'hui, la ville de darou moukhty fief de Mame thierno Birahim, a exprimé toute son indignation à travers un rassemblement organisé ce jeudi 04 sur l'esplanade de la mosquée.

La rédaction de Jeune Afrique regrette profondément la publication de la photo caricaturale de Serigne Touba. Après Béchir Ben Yahmed, c'est au tour de Marwane, fils du Pdg et non moins directeur de publication de s'expliquer. Dans les colonnes de L'Observateur, il soutient que "l'intention de Damien Glez (l'auteur de la caricature) n'était pas de blesser ou d'offenser qui que ce soit". Aussi, a-t-il dit : "Ceux qui éditent les articles du site internet qui, en l’occurrence, connaissent mal l'Histoire et la culture du Sénégal et qui travaillent souvent dans l'urgence, tant la production est grande, n'ont pas réalisé la sensibilité du sujet et n'ont consulté personne avant la mise en ligne. Il y a eu aucun filtre. Voilà comment les choses se sont passées. Cela n'excuse rien, ce sont simplement les faits qui démontrent qu'il y avait aucune mauvaise intention, mais un réel manque de réflexion, pour ne pas dire de professionnalisme". A la question de savoir qu’est-ce qui a poussé "Jeune Afrique" à enlever le dessin sur le site, le journaliste souligne qu’il faut "savoir battre sa coulpe lorsqu’on commet une erreur, à fortiori aussi grave. Nous n'aurions jamais dû publier ce dessin, l'enlever était donc la moindre des choses. Nous avons ensuite présenté nos excuses sur le site et dans l'hebdomadaire à tous nos lecteurs qui se sont sentis offensés. Ainsi que, de vive voix auprès du porte-parole du khalife général des mourides, qui les a transmises. Elles ont été acceptées". Marwane Ben Yahmed souhaite aussi rencontrer le khalife Serigne Cheikh Sidy Mokhtar Mbaké pour réitérer leurs excuses.

Macky Sall condamne fermement la caricature de Cheikh Ahmadou Bamba par le site de Jeune Afrique. Le président de la République estime que la liberté de presse ne peut pas être un prétexte pour "agresser" les convictions et les croyances religieuses des citoyens. Il invite au respect de la foi des et des autres tout en indiquant que l'attitude de nos confrères de Jeune Afrique était "irresponsable". "Je voudrai, de la façon la plus solennelle, condamner très fermement cette pratique de caricaturer la religion ou la foi des autres. La liberté de presse ne peut pas être un prétexte pour agresser d'autres citoyens. Le Sénégal est un pays extrêmement tolérant, un pays où la cohabitation entre religions se fait de façon harmonieuse, dans le respect et la diversité. Nous exigeons également que nos croyances soient respectées. Il n'est pas acceptable qu'une telle caricature, après ce qu'on a connu sur l'affaire Charlie (Hebdo), puisse venir d'un journal aussi important que Jeune Afrique sur le continent. En sachant ce que représente le Mouridisme au Sénégal et ce que représente la figure de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké. Donc, faire une telle caricature a été une erreur très grave de la part du journal", a martelé le chef de l'Etat alors qu'il recevait le Premier ministre italien, Matteo Renzi, en visite au Sénégal.

© 2017 Khadimrassoul.net All Rights Reserved. Designed By Cellule Communication DRLH