الإثنين 22 ربيع الأوّل 1439 Tuesday 12 December 2017

Actualités Islamiques

Actualités Islamiques (370)

 

Au Sénégal, comme chaque année depuis 1927, a lieu le deuxième plus grand pèlerinage du monde musulman. Peu connu, il rassemble pourtant pendant trois jours près de 3,5 millions de mourides venus du monde entier pour commémorer le souvenir de cheikh Ahmadou Bamba.

 

BISMILLAHI RAHMANI RAHIM …AU NOM DE DIEU LE CLEMENT, LE MISERICORDIEUX   .

 QU’ALLAH DANS SA GRANDE MANSUETUDE ACCORDE, LE SALUT A CELUI QUI A ACQUIS LA PRECELLENCE ALORS QUE L’AÏEUL ETAIT ENCORE VOILE DANS LA BOUE ; LE PROPHETE MOHAMMAD. (Sws)   QUE LA BENEDICTION DEMEURE SUR SON AUGUSTE FAMILLE ET SES HONORABLES COMPAGNONS.

QU’HONNEUR SOIT PERENNE SUR CELUI QUI EST SON SERVITEUR PAR EXCELLENCE ; LA PURETE DE LA CHARIA ET L’EXEMPLE VIVANT DE LA SUNNA ;     CHEIKH AHMADOU BAMBA AL MBACKIYOU. QUE LE   SALUT SOIT SUR SON DISTINGUE COMPAGNON SERIGNE MODOU ISSEU QUI A DETENU PENDANT LONGTEMPS LE SECRET DE CE JOUR.

Je remercie tous les talibés qui se sont investis pour la réussite de ce jour que l’on a célébré le 18 Juin passé ! 

 Voilà un jour que vous avez choisi pour magnifier ce qui vous êtes cher et vous en avez certainement le droit ! Dés lors que Dieu vous gratifie a juste raison et sachez que mon affection pour tout un chacun de vous est sans limites. Ce jour coïncide et se conjugue à notre histoire commune sur les sentiers de Cheikhoul Khadim et ses chantiers bénis

En prenant le concept occidental « d’anniversaire. » et le colorer par la spiritualité et l’adoration de Dieu ; vous symbolisez la victoire de Bamba face au projet d’acculturation voulue des colons !

Au regard de l’histoire de l’humanité, ce 18 Juin semble être un jour qui se caractérise à répétition par une valeur unique à savoir la résistance. Nonobstant, s’il marque pour certains peuples un jour de résistance face à l’oppression, il s’agit pour nous de résister contre Satan dans l’optique du Djahadul Nafs.

En effet c’est ce 18 Juin, en l’an 1812 que les Américains décidèrent de résister contre les Anglais en déclarant la guerre pour leur indépendance.

 C’est ce 18 juin, en l’an 1815 que le règne de Napoléon fut annihilé suite à la résistance des insurgés conduits par Wellington. C’est la fameuse bataille de Waterloo.

C’est ce jour-ci que le général De gaulle appela à la résistance contre les Nazis en l’an 1940. C’est ce même jour aussi que Churchill tint son fameux discours dans lequel il urgea à la résistance pour que les générations futures se souviennent que c’était « l’heure de gloire »

C’est encore ce même jour du 18 juin en l’an 1963 que 3,000 noirs boycottèrent l’école publique à Boston, dans la lutte pour l’émancipation raciale aux Etats-Unis.

C’est enfin ce jour, le 18 Juin 1976, que les noirs Sud africains se rebellèrent dans toute l’étendue du pays pour revendiquer leurs droits humains.

Au demeurant c’est en ce jour, dans le calendrier grec ; que l’on marque la venue sur terre de l’humble serviteur de Cheikhoul Khadim   .

Seulement si ce jour doit se définir par la logique de la résistance ; il représente pour nous plutôt, le mode de résistance esquissé par Cheikhoul Khadim et qui détermine la Mouridiyya à savoir le Djihadou Nafs… C'est-à-dire aussi, s’arcbouter sur le Coran et la Sunna, pour s’acheminer avec la population de Touba Bakhdâd dans les sentiers O combien bienheureuse de l’orthodoxie mouride. C’est assurément là chers amis le seul combat qui vaille d’être mené comme l’exhorte si pertinemment Cheikhoul Khadim quand il certifie : « Rumu djihaada nafsi. Ya Ikwan. Mes Frères désirez ardemment La guerre sainte de l’âme !» « Wa huuwaa la amri al jihadul Akbar Et c’est là j’en jure par ma vie ; le combat suprême ! »

Cet engagement qui est au passage la quintessence même du Tassawouf mouride doit reposer sur des concepts immuables de résistance au cheytan tels que le Talazunou l’attachement au Coran ; le madhhab alh as Sunna ou la voie de la Sunna, l’ahaea ou le renoncement aux passions.

Au demeurant ; sachez que se détacher du mondain dans la poursuite de la Nur Mouhamadiyya, ne veut point dire se désintéresser des problèmes de la société de son époque.  Bien au contraire le Murshid se doit d’être comme le suggère Serigne Touba ; (Ulama Amilun) c’est-à-dire un « savant agissant. » .C’est là le substratum de nos réflexions d’aujourd’hui.

En effet, de mon mutisme des derniers mois ; j’ai pourtant observé avec intérêt les secousses sociales de l’époque et ne cessait de me demander cette question .Quand est ce que le monde se réveillera de sa torpeur  pour accourir vers le sauveur de l’humanité à savoir Serigne Touba ; Quand est que l’humanité donnera la place qui sied à la pensée philosophique qu’il a développé ?

En effet, le monde actuel se caractérise par une sorte d’immobilisme. Comme une voiture en situation panne générale ; il semble être essoufflé, malgré toutes les théories appliquées. Du socialisme au libéralisme en passant par le capitalisme ; il semble que les crises se succèdent derechef.  C’est en clair la faillite de toutes les idéologies.  

En pratique, cela se vérifie par le fait que le monde chemine en faisant deux pas en avant ; deux pas en arrière !  Au niveau économique par exemple ; alors que l’on disait la crise étant épuisée elle semble plutôt s’enliser avec les taux de chômage élevés devenus la nouvelle norme dans certains pays .En Europe on peine à trouver une solution de rechange qui sauverait l’idée de l’union. Aux Etats-Unis d’Amérique ; la violence vécue récemment par les populations de Boston démontre que malgré les sommes colossales dépensées dans la lutte contre le terrorisme ; on assiste plutôt à un eternel recommencement dans une guerre sans fin. Comme le monde est un village planétaire ou les économies sont interconnectées ; la crise économique de L’Occident a engendré une ralentie des exportations de l’Asie, étouffant ainsi leurs économies.  Tout cela entraine à coup sur des conséquences néfastes sur nos pays africains et leur financement pour le développement.

Ces crises d’ordre multi- dimensionnelles se traduisent au niveau social par des tensions graves entre l’Etat et les communautés qui le composent. Ainsi de la Grèce a l’Egypte ; de la Syrie a la Turquie ; la faillite des modèles de direction a pour conséquence d’entrainer des conflits sociaux. Au demeurant, c’est un échec du pouvoir décisionnel posant un sérieux problème de leadership et de respect à l’autorité. Ceci ; de l’échelle du père de famille qui éduque à celui du maitre d’école qui enseigne .Ainsi le chaos est presque total.

Pourtant il ne devrait pas en être ainsi ! Le monde ne manque pas de théories ou de pensées supposées le faire avancer. Cependant la question demeure à savoir si elles sont toutes prises en compte au même degré ? Sont-elles traitées sur le même pied d’égalité ? Qu’en est-il du message de paix et de prospérité de Cheikhoul Khadim ? De fait l’on a vite fait de frapper d’ostracisme ce discours ; sur la base de la présupposée laïcité ou le respect de la séparation de la religion de l’Etat. Serigne Touba du reste fut de bonne heure conscient de cet état de fait lorsqu’il écrit à bas-âge dans le préambule du Massalik Al Jinan comme pour attirer notre attention : « Que ma faible renommée dans cette génération ne te pousse pas à refuser cette œuvre pie. Ne te laisse pas abuser par ma condition d’homme noir pour ne pas en profiter. »

 Cheikhoul Khadim a un projet de société qui permet la réussite dans les deux mondes ! Au-delà il détient la réponse à tous les maux de la société moderne du Sénégal et du monde. Ce projet de société se base sur l’éducation de l’homme afin qu’il puisse parfaitement arriver à l’enceinte scellée de Dieu, tout en demeurant un citoyen modèle. S’il est vrai que l’homme est à la base de toute organisation ; sa formation adéquate doit faire de lui un parfait adorateur du Seigneur, en même temps qu’un acteur économique et social fort appréciable. Pour cette éducation ; l’apôtre de Touba et de Darou Salam ne ménagea aucun effort. Au final ce sont 7 tonnes d’écrits qu’il légua en prenant soin de ne laisser aucun domaine de la vie utile en rade. Ceci dans un humanisme intégral que se vérifie dans des œuvres comme le  Munawir Sudur qui est une versification o combien appréciée du Biyala Al Hidaya de Ghazali ou encore « Al djawaral Al Nafs. » qui est la prolongation d’Al Akhadari. Au demeurant dans le domaine de l’éducation de la Jeunesse ; le Lion de Jewol qui est le chantre de la non-violence s’est beaucoup investi. C’est ainsi qu’on lui doit des ouvrages de valeur comme le Jazabatul Sikhar, le tazawoudou chubane, l’Al Jawwharoul nafis ou leTazawoudou Sikhar dans lequel il revient en fond sur la distinction fondamentale entre Iman –Islam – Ihsan et sepropose de donner les grandes réponses quant aux fondements de la foi. Dans le Hadju Nadjuou le Silkoul Jawahiril aborde des thèmes aussi variés que la problématique de l’existentialisme .Dans le Jalibatul Burur, il maintient haut et fort que la connaissance spirituelle est primordiale en toute chose.

C’est dire que ces ouvrages apportent des solutions en ce monde en proie à la crise. Leur étude et application nous permettront de vivre en paix sur trois domaines axiologiques : le domaine d’avec son Seigneur ; celui d’avec soi-même et enfin dans son environnent immédiat.

De plus, Serigne Touba ne se limita à la théorisation. Il mit en pratique cette pensée, dans la vie de tous les jours. Par exemple sur le débat du déficit de la balance commerciale qui est un goulot pour l’économie ; il résolut ce problème bien avant en donnant l’exemple. Lors de la résistance surveillée de Keur Goumack de par une bonne organisation sociétale les mourides réussirent à repartir les taches de la grande concession de manière si parfaites que tout service était à portée de main et l’on n’avait point besoin de sortir dehors de la demeure.  N’est pas là à l’échelle micro le début de solution de l’autosuffisance ?

En termes de citoyenneté participative, lorsqu’il s’agissait de construire la grande mosquée de Touba ; c’est une véritable chaine humaine qui se constitua a partir des carrières d’extraction des pierres. Permettez – moi de saluer la mémoire de ces vaillants Mourides dont l’œuvre est plus appréciable que ceux des bâtisseurs des pyramides car enluminée uniquement par la foi en Dieu !

Il est clair que le Sénégal ne pourra jamais se développer sans l’agriculture. Dans le débat actuel l’on parle de retour à la terre. Pourtant les mourides ont toujours eu une prédilection pour le travail de la terre ! En 1962 par exemple on était déjà à un million de tonnes d’arachides produit essentiellement des terres mourides. Le slogan « Liguey tsi top Yalla la bokk. » adopté de tout temps par les Cheikh de Serigne Touba doit faire école ! Dans l’organisation mouride il y’a une étroite connivence entre le travail de la terre et l’éducation. Au demeurant dés l’instant que ce lien fut brisé on assiste à l’émergence de contre-pensées et de contre-exemples souvent magnifiés à tort. C’est toute la problématique qui anime ce débat sur les Daaras.

En effet s’il est certain qu’aucun parent ne doit laisser son enfant au merci d’un Serigne Fakk tall ; l’on doit faire la distinction entre les bons Daaras et les mauvais. Au demeurant et à l’entame on ne peut verser dans ce débat sans comprendre la quintessence du concept de Daara. En effet dans le monde mouride et à l’origine, ces Daaras étaient des centres de recherche ou les étudiants (tak- der) étaient bien encadrés. Bien qu’ils furent des Daaras de culture ; rien que 4 mois de l’année étaient consacrés à l’agriculture (de Juillet à Octobre correspondant aux 4 mois d’hivernage). Le reste du temps les étudiants ne faisaient qu’étudier ou voyager à la recherche du savoir. Ces Daaras qui s’étendaient parfois sur des centaines de hectares se transformaient souvent en villages ; d’ailleurs facilement reconnaissables en cette époque par la forme architecturale des cases carrées et pas rondes comme d’habitude.

Aujourd’hui on fait beaucoup d’amalgame sur le concept de Daara. Encore une fois et par définition un Daara par essence est un lieu d’éducation ou les talibes se consacrent à l’apprentissage du Livre de Dieu sous la supervision d’un Cheikhoul Taliim. C’est là une tradition bien héritée de Cheikhoul Khadim qui rappelons-le fut très tôt en charge des programmes d’études du Daara de son père. Déjà à cette période il se distingua par une pédagogie hors pair en privilégiant la versification ou la mise en proses. C’est du reste à ces moments qu’il poétisa beaucoup de traites du rituel musulman.  

Cette éducation par l’apprentissage textuel n’a rien à voir avec le tarbiyya qui se déroule aussi dans le Daara. Au cours de celui-ci le Cheikhoul Tarbiyya s’intéresse plutôt à changer l’âme du candidat en le débarrassant des vices qui freinent vers l’ascension. Par des exercices de mortification comme le jeun quotidien ou la répétition des noms de Dieu ; l’étudiant est purifié en vue d’un accomplissement spirituel. C’est du fait de ces Daaras que comme le note, Serigne Mouhamadou Diop Dagana, que « très viteils surpassèrent leurs semblables au point de pouvoir sacrifier biens et âme pour complaire à Dieu. »

Des lors sachons faire la distinction entre ce Daara de Touba Baghdâd et tout autre contre exemple !

 

Chers Amis – Talibes … « Kham Bamba Jott Naa !  »

La pensée de Cheikh Ahmadou Bamba permet un accomplissement tant spirituel et temporel. Des lors elle doit être le fondement de toutes nos actions. Ceci dans tous les domaines de la vie et à tous les niveaux de gestion étatique. Cette pensée est la solution à nos maux car se basant sur le principe de l’Unicité de Dieu qui est primordiale. Elle permet de sauvegarder nos valeurs négro-africaines tout en proposant quelque chose d’utile au concert des nations. Au demeurant, dans ce tumulteux monde   elle peut nous permettre de résister a toute entreprise d’acculturation, spécialement quand celle-ci n’est pas en phase avec nos valeurs.

En l’adoptant et en l’intégrant ; nous deviendrons un modèle de développement personnel et social et ainsi se proposer de l’exporter partout car Serigne Touba est une manne universelle !

Serigne Khadim Lo Gaydel 

{fcomments}

© 2017 Khadimrassoul.net All Rights Reserved. Designed By Cellule Communication DRLH