الإثنين 22 ربيع الأوّل 1439 Tuesday 12 December 2017

Actualités Islamiques

Actualités Islamiques (370)

Le président de la République du Sénégal Monsieur Macky Sall sera dans la ville sainte de TOUBA le samedi 10 janvier 2015, dans le cadre de la pose de la 1ère pierre de l’autoroute Thiès-TOUBA. Le Khalife Général des Mourides demande à toute la population et aux autorités de la ville sainte de d’accueillir l’hôte pour la circonstance. Cette déclaration est rendue publique par S.Mountakha MBACKE par la voix de son porte-parole S. Cheikh Bassirou MBACKE, ce lundi 05 janvier 2015.
Le Maire de la ville de Thiès est venu se recueillir auprès de son Excellence lors de l'événement phare de l ville de Thiès à savoir le Gamou annuelle de Bakhdad
La cérémonie a enregistré la présence de toutes les autorités locales ici le Maire de la ville à gauche et le Préfet à droite

Serigne Khadim Gaydel Lô réconcilie les ministres Augustin tine et Thierno Alassane Sall. La 22eme édition du gamou de Bakhdad, une cité au sud-est de la ville Thiès, a connu un lot de satisfactions parmi lesquelles la réconciliation entre les deux responsables rivaux à Thiès du parti au pouvoir par Serigne Khadim Lô. Très connu pour son engagement patriotique et son instinct rassembleur, Serigne Khadim vient encore une fois confirmer son rôle de régulateur social au Sénégal.

Après une longue période de froid dans leurs relations, les deux leaders républicains se sont retrouvés chez le guide religieux le samedi 03 janvier pour apporter le message du président et témoigner leur amitié et leur soutien au chef religieux. Occasion saisi par le très charismatique Borom Ndame qui a reçu les deux délégations en même temps et en profiter pour les sermonner sur leur devoir de s’unir derrière le président Macky Sall.

Ainsi Serigne Khadim Lô a invité les hommes d’état à surmonter leurs divergences d’idées et de méthodes et à se mettre au service du président pour le bénéfice du peuple sénégalais qui a beaucoup d’attentes. En présence de Mbaye Gueye PDG d’EMG Automobiles, les deux responsables se sont donné la main, fumant ainsi à Bakhdad le calumet de la paix.

Dans son discours aussi, il a invité tous les acteurs politiques du pouvoir et de l’opposition à cultiver cette paix et la pratiquer, « Que les Sénégalais cultivent la paix ! À commencer par ceux qui en demandent toujours dans les cérémonies religieuses c'est-à-dire le gouvernement et l’opposition. En dépit de la lutte saine pour la conquête du pouvoir, rien n’empêche qu’ils s’engagent dans un dialogue de paix ; gage de la réussite de tout projet de développement. »

Momar Talla Kane

Expert en Communication

Administrateur Khadimrassoul.net

Gamou 2015 : La délégation officielle du Président reçue par Serigne Khadim Gaydel Lô A l’occasion du Gamou, la cité de Bakhdad connait par une affluence record mais aussi une ambiance festive spéciale doublée d’une balaie d’autorité étatique et religieuse. Le ministre des forces armées du Sénégal, Mr Augustin Tine a rendu visite ce jeudi 01 janvier 2015 à Serigne Khadim Lô, accompagné d’une forte délégation composée du Vice-Président de l’assemblé Nationale Mr Abdou Mbao, de son directeur de cabinet Mr Demba Diouf, et d’autres responsables politiques de la majorité présidentielle. Le ministre en tant que envoyé a délivré le message du Président destiné à Borom Ndame. Il a témoigné toute la reconnaissance du Président envers Borom Ndame pour ses prières pour la paix et la stabilité en faveur du Sénégal. Conscient de l’intérêt du pays de disposer de tels monuments régulateurs, encadreurs et formateurs de jeunes, le président a aussi sollicité auprès de Serigne Khadim d’avantages de prières pour une satisfaction du peuple sénégalais à l’endroit de son gouvernement qui s’est engagé dans plusieurs projets. Selon le ministre, le Président restera toujours très attentif aux sollicitations des familles religieuses, surtout lors de ces grands évènements. Serigne Khadim Lô en prenant la parole a remercié la délégation de sa venue en amont de l’évènement qui constitue pour lui, le plus important de l’année du fait de l’affluence et de sa dimension. Il a rappelé les relations étroites et amicales qui existent entre lui et le Président Macky Sall depuis 20 ans. Il s’est félicité des résultats probants obtenus avec tout l’attelage départemental sur les préparatifs du Gamou, une réussite jadis impossible lors les éditions précédentes. Il a formulé des prières pour le Sénégal et pour le Président tout en l’encourageant sur les nombreux programmes qu’il s’est lancé pour mettre le pays dans la voie de l’émergence comme il l’a souligné dans son discours de fin d’année. {fcomments}

Ce sera dans la nuit du samedi 3 au dimanche 4 janvier 2015 que sera célébrée la grande nuit du Gamou qui marque la naissance du Prophète. Cette date correspond au 12 Rabi Al awal de l’an 1436 de l’Hégire. Bakhdad, la cité de Serigne Khadim Gaydel Lô comme tous les foyers de Cheikhoul Khadim fête chaque année cet événement avec des milliers de pèlerins qui viennent de partout dans le monde. Tout en vous souhaitant un bon mois de gamou, vivez avec votre site web préféré khadimrassoul.net, les événements marquants des éditions passées.

Serigne Bouchra Samb  lors du gamou de Bakhdad 2014, conférencier très instruit, il a bénéficié de la confiance de Serigne Khadim Gaydel Lô en ce jour de gamou pour expliciter la relation entre le prophète Mouhamed et son serviteur Cheikhoul Khadim. Très à l'aise devant l'assistance, sa maitrise du sujet et son charisme brillant captent tous les regards durant son discours. 

{fcomments}
Serigne Saliou Mbacké est né en 1915 à Diourbel. Il est le fils de Sokhna Faty Diakhaté, issue d’une famille célébre dans l’apprentissage du Coran. Il fit ses études coraniques chez Serigne Alassane Diakhaté, puis chez Serigne Abibou Mbacké, chez Serigne Modéme, Serigne Mor Sassoum Diakhaté, Serigne Makhtar Dieng de Gindodi. Il fut très pieux et était d’une grande humanité. Il était calme, doux et jovial et n’était pas prolixe. Il aimait les grands faits en direction de ses semblables dans l’intention de les bénir, de les aider. Il était honnête et faisait preuve d’une grande retenue et d’une remarquable humilité. PERSONNALITÉ DE SERIGNE SALIOU Serigne Saliou Mbacké est né en 1915 à Diourbel. Il est le fils de Sokhna Faty Diakhaté, issue d’une famille célébre dans l’apprentissage du Coran. Il fit ses études coraniques chez Serigne Alassane Diakhaté, puis chez Serigne Abibou Mbacké, chez Serigne Modéme, Serigne Mor Sassoum Diakhaté, Serigne Makhtar Dieng de Gindodi. Il fut très pieux et était d’une grande humanité. Il était calme, doux et jovial et n’était pas prolixe. Il aimait les grands faits en direction de ses semblables dans l’intention de les bénir, de les aider. Il était honnête et faisait preuve d’une grande retenue et d’une remarquable humilité. II. RELATIONS AVEC LA FAMILLE DE KHADIMOU RASSOUL Il n’hésitait jamais à distribuer la totalité de sa production agricole à l’ensemble des descendants de Serigne Touba Khadimou Rassoul, sans exclusive. C’est après avoir distribué toute sa récolte qu’il songeait à trouver de quoi nourrir sa propre famille. Serigne Cheikh Moustapha Mbacké, le premier khalife de Serigne Touba avait légué la maison de Mbour. C’est une pratique courante de voir attribuer à l’un ou l’autre fils du Cheikh , le nom de Chaque enfant qui venait au monde, c’était une famille très unie. Serigne Abdoul ahad lui offrit la parcelle contiguë à sa demeure et une importante quantité de vivres. Cheikh Shouhaïbou Mbacké lui avait confié cent talibés et en retour Serigne Saliou lui accordait chaque année une haddiya consistante. Avant sa disparition, il confia à son tour, à Serigne Amsatou fils de Serigne Sohaïbou un lot important de petits talibés à éduquer. A chaque Gamou, il partageait le fruit du Magal à tous les fils de Cheikh Ahmadou Bamba. Contrairement aux autres années, en 2007, il fit ce partage aux petits fils de Serigne Touba dès la fin du mois de Ramadan. III. LES DAHRAS DE SERIGNE SALIOU MBACKE En 1934, il créa le Dahra de Gott. Il mit sur pied les Dahras de : Khabane, de Ndiapandal, de Ndiouroul, de Ndoka, de Gnarou, Darou Salam Djim Nguel, Nguédiane, Guélor, Ndjenné, Ngabou, Dianatou Mahwah n° 1 2 Darou Tansil, 3 Touba Bélel, 4 Darou Mouhty, 5 Darou Rahmane, 6 Ndindy, 7 Ousnou Mahab, 8 Darou Khoudoss, 9 Touba Khelcom, 10 Darou Salam, 11 Darou Miname, 12 Darou Marnane, 13 Oumoul Khoura, Darou Alimoul Khabir, Taïba. Des milliers de talibés y sont internés pour une éducation coranique et une formation pratique. Il y fait régner l’entre aide, la solidarité. Des citoyens bien formés et bien éduqués sortaient de ces Dahras avant de se lancer dans la vie productive. Ils sont reconnus par leur ardeur au travail, leur piété et leur sens des responsabilités. En 1991, au début de son son khalifa, il demanda en ce qu’on lui envoie des enfants pour parfaire leur éducation religieuse dans des différents Dahras. Il créa khelcom qui est un domaine de cinquante mille ha (50 000 ha) à défricher. Tous ces talibés étaient nourris, habillés, logés, et soignés. Il évitait les châtiments corporels et prêchait le bon exemple à suivre. Il était très habile à guider les hommes et leur faire entretenir des relations d’empreintes d’humanité, de cordialité, de vérité, et de solidarité. Il savait transmettre à ses talibés, le savoir, le savoir-faire et le savoir être. IV. RELATIONS AVEC LES AUTORITES, LES DAHIRAS, SA PRODUCTION Il a toujours demandé aux talibés de tous ordre, de travailler à Khelcom. Il savait partager son avoir avec toutes les maisons religieuses du Sénégal mais dans la simplicité et dans la discrétion. Toutes les Dahiras recevaient ses prières et ses bénédictions. il les exhortait à continuer à perpétrer les enseignements de Cheikh Ahmadou Bamba. Je citerai parmi les Dahiras : Le Dahira « Mafatihoua Bisri » Bountou port qui célébre le retour d’exil de Cheikh Ahmadou Bamba le 11 novembre de chaque année. Le Dahira des étudiants mourides « Izbou Tarquiya » (nom donné par Serigne Saliou Mbacké). Le Dahira « Matlaboul Faouseyni » qui à réalisé la construction de l’hôpital le 02/03/1994 avec un budget de départ de six millions de francs CFA. Il fut inauguré le 02/03/2002 d’un coût total de six milliards. Serigne Touba Cheikh Ahmadou Bamba enterrait de l’argent qu’il recevait en trois parties : celle qui retournait à Serigne Touba, une seconde partie était utilisait par lui et les talibés et une troisième partie était déposée sans aucune surveillance et il ne s’en occupait guère. Il a redynamisé l’acte de nommer des « Cheikh » qui s’entourent de fervents talibés. V. SON ŒUVRE Il fit construire plusieurs mosquées à travers tout le pays. Il donna le billet de pèlerinage à la Mecque à un nombre incalculable de musulmans. Plusieurs « Kaamils » ont été écris dans ses différents Dahras. Il ne s’occupait que de l’Islam. Il aimait lire le Coran et le faisait lire à tout moment. Il facilitait le voyage d’études et de travail à plusieurs talibés. Il achetait des maisons souvent coûteuses pour y faire apprendre le Coran. Il priait pour tous les hommes politiques surtout ceux qui lui avaient fait acte d’allégeance. Les hommes riches de ce monde, les autorités de toutes sortes et les savants qui venaient le visiter lui tirer la référence par sa modestie, son humilité et voyaient en lui un homme de Dieu. Les Dahiras des tailleurs habillaient les talibés disséminés dans les différents Dahras. Les grandes nations ont témoigné de l’excellence de la méthode d’éducation de Serigne Saliou et que si le Sénégal suivait la voie qu’il a tracée, le Sénégal serait sous peu un pays émergent. C’était un homme d’une culture immense, mais il était humble et modeste. VI. LE POUVOIR DE SERIGNE SALIOU MBACKE Il faisait beaucoup de miracles sur les gens qui souffraient physiquement ou moralement. Il était d’une disponibilité pour tous ceux qui le sollicitaient. VII. SON KHALIFA DE 1991 A 2007 Il trouva à Touba vingt cinq mille parcelles lotissées et habitées. Il y ajouta quatre vingt dix neuf mille. Chaque maison est numérotée. Il souhaitait que chaque habitant de Touba ait son titre foncier. Il initia plusieurs quartiers périphériques à Touba. Il finança dix milliards de francs Cfa et les travaux démarrés le Dimanche 16/12/2007. Plusieurs « Kaamils » y furent lus. Il créa le Comité « Aïnou Rahmati » et leur octroya dix millions pour rendre l’eau gratuite. Il créa vingt huit maisons de Serigne Touba à Touba. Il réitéra les intérdits de Cheikh Ahmadou Bamba sur la toute la localité. Il distribuait les moutons de Tabaski qu’on lui offrait à toute la famille de Serigne Touba. Ces moutons provenaient de chez Serigne Massamba Diop, chez Mame Cheikh Ibra Fall, chezCheikh Issa Diénne et d’autres talibés. Le Magal de Touba de 18 Safar, recevait tous ses invités, faisait réciter le Coran. Il faisait la même chose pour le Gamou et participait matériellement et financièrement partout où on le célébrait. Il fit de Touba une ville sainte, participa à la solution de assainissement des eaux de pluie et des eaux usées. Il développa le réseau électrique et les routes goudronnées à l’intérieur de la ville sainte. Il eut comme projet la construction de l’aéroport, le canal du Baol, l’extension du réseau électrique haute tension sur quarante cinq kilomètre à l’intérieur de Touba, un marché de poissons et l’abattoir moderne. Il a prévu un important forail et le tout d’un coût global de six milliards. Les ministères concernés sont ceux de l’urbanisme, de la route Dahra Djolof, le centre d’enfouissement technique (CET) est en cours de construction. Il va aider à la gestion finale des déchets de Touba. Le maître d’œuvre est le Ministre de l’Environnement et de la Protection de la Nature. Il faut également citer le projet de construction d’un village artisanal à Touba sous la houlette du Ministère de l’Artisanat et de la Communauté Rurale de Touba. Parmi les lieux parfaitement éclairés à Touba par un éclairage dernier cri, il faut citer les alentours de la Grande Mosquée la route de Mbacké et Djanatoul Mahwah et d’autres lieux. Cinq cent kilomètre de tuyaux d’adduction d’eau relient les différents forages à l’intérieur de Touba. Il avait habitude de dire que traditionnellement c’est le chef de village qui forait les puits donc l’adduction d’eau lui incombait. VIII. CAUSERIE DE SERIGNE SALIOU MBACKE Il rappelait toujours à son auditoire les piliers de l’Islam. Il aimait demander aux gens de sortir l’aumône à tout moment et en tout lieu. Il prônait l’amour du prochain. Il aimait rappeler que Serigne Touba demander aux fidèles d’appliquer strictement ses conseils et d’éviter ses interdits. Le chemin qu mène au Paradis est parsemé d’embûche mais un effort sur soi pour l’éviter l’homme a deux « greniers » à remplir, l’estomac et la tombe. Ce qui remplit l’estomac est un don de Dieu et ce qui remplit la tombe sont les bienfaits de chacun. Celui qui ne craint pas Dieu craint un des créatures de Dieu. Toutes les maisons qui longent la corniche doivent s’adonner à la lecture du Coran et des Khassaïdes. Les maisons à proximité de la Mosquée n’ont pas de prix : abstenez-vous de les vendre. Il rappelait toujours à l’assistance de la dévotion à Dieu et le culte du travail. Les hommes peinent à réaliser des choses alors que la prière de deux rakkas est plus facile, donc ne manquez jamais une seule prière. Il ne faut jamais médire de quelqu’un et de n’import quelle tarikha. Il racontait que Serigne Touba avait une fois vivement grondé ses « beuk neek » sur des pratiques de ce genre. Le plus grand talibé Mame Cheikh Ibra Fall n’a jamais dit de mal de quiconque (individu ou tarikha). Il donnait en référence Serigne Massamba Diop et les plus proches talibés de Serigne Touba. Si l’homme cite les défauts de son prochain c’est uniquement pour le vilipender mais si Dieu cite ces défauts c’est pour le gracier. Il sait que les talibés ont donné avant qu’il ne demande. Il aimait offrir tout ce qu’il avait et exhortait les gens à donner, il voulait toujours augmenter leur avoir. Il disait que c’était le seul secret pour avoir plus de richesse. Il y a trois choses à laisser pour faire partie des hommes de Dieu : Discussion sur des sujets futiles Dispute Se réveiller tard le matin Il faut perpétrer les préceptes de l’Islam initiés par le Prophète Mouhamed PSL et redynamisés par Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké créa le mouridisme. Serigne Saliou a su préserver tous les acquis avant de céder le flambeau à Serigne Mouhamadou Lamine Bara Mbacké « yala nafi yag té wër ». Que Dieu le tout puissant réalise tous ses vœux sur l’œuvre de Serigne Touba. Que Dieu aide et protége Serigne Cheikh Saliou Mbacké pour qu’il puisse achever tous les projets de son père. Amen.
Touba-Darou Khoudoss, 12 déc (APS) - Le marabout Serigne Khadim Lô Gaydel a exhorté vendredi la jeunesse à s’inspirer des recommandations et de la voie tracée par Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, le fondateur du mouridisme. ‘’Le Cheikh [Ahmadou Bamba] a depuis longtemps tracé cette voie de l’émergence par la foi inébranlable en Dieu, la discipline et le culte du travail bien accompli’’, a-t-il dit dans un discours prononcé à la fin du Magal 2014. S'adressant à des milliers de pèlerins venus des quatre coins du Sénégal, il a appelé toute la jeunesse sénégalaise à rompre avec la paresse, l’indiscipline et l’ignorance. Il les a aussi exhortés à raffermir leur foi et à être des citoyens modèles participant au développement de leur pays. Il a en outre demandé aux guides religieux du Sénégal à davantage s’adresser au peuple sénégalais à chaque de fois que de besoin, pour amener les citoyens à suivre les recommandations de Dieu et de son Prophète, Mohamed (PSL). Le marabout a aussi demandé aux hommes politiques, de l'opposition comme du pouvoir, à véritablement prôner une paix durable à travers leurs discours quotidiens. Il les appelle à éviter le double langage, source, selon lui de confusion dans les esprits. Pour lui, on vit aujourd'hui au Sénégal trois sortes de crises. Les deux premières sont respectivement d'ordre économique et politique, alors que la troisième est une "crise de personnalité’’. Il a annoncé que son mouvement était en train de réfléchir, à l’instauration d’une journée mondiale des khassaïdes (JMK) de Serigne Touba, laquelle sera célébrée au Sénégal sous l'égide du Khalife général des mourides. Source APS. {fcomments}
Le Khalife général des mourides Cheikh Sidy Moukhtar Mbacké, présidant vendredi la cérémonie de clôture du grand Magal de Touba, a prôné un retour vers Dieu, lequel n’est toutefois possible sans une jeunesse éduquée et disciplinée et qui s’implique activement dans la pratique religieuse. Dans un discours prononcé en arabe et en wolof par son porte-parole, Serigne Bassirou Abdoul Khadre, le Khalife général des mourides a tout d’abord rappelé les préceptes de l’Islam.  Il a ensuite invité l’ensemble des musulmans à un respect strict des ‘’bonnes pratiques islamiques’’ et à se détourner des mondanités.  ‘’La société est polluée par les mondanités, les activités ludiques (…) mais tout cela est accessoire. Il nous faut opérer un retour vers Dieu, et la jeunesse occupe une place capitale dans ce chantier’’, a encore relevé son porte-parole.  En présence du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Abdoulaye Daouda Diallo, qui conduisait la délégation gouvernement à cette traditionnelle cérémonie qui marque la fin du Magal, Serigne Bassirou Abdou Khadre a aussi souligné qu’il invite à revisiter le projet de société proposé par l’Islam.  ‘’C’est le seul projet de société qui vaille, tout le reste n’est que conjoncture. Un pays ne peut pas se développer sans la promotion de bonnes pratiques islamiques adossées sur une véritable foi en Dieu. Œuvrons ensemble vers cette direction’’, a exhorté Cheikh Sidy Moukhtar Mbacké.  Pour se faire, il a plaidé pour l’intégration des œuvres produites par les différents chefs religieux du Sénégal dans le corpus pédagogique ‘’pour un système éducatif plus conforme à nos réalités’’.  Il avait lui-même déjà montré la voie en appelant les disciples mourides à participer activement à une mobilisation de fonds pour la construction de l’université Cheikh Ahmadou Bamba.  S’adressant à la délégation gouvernementale, il a relevé les défis qui interpelle l’État et qui s’articulent autour de la définition d’une ‘’bonne politique de l’emploi’’, affichant un intérêt particulier à l’agriculture.  ‘’Toutes les politiques doivent se faire autour de la préoccupation du devenir de l’homme. Il faut investir davantage sur les ressources humaines. Il faut préparer les jeunes pour qu’ils soient aptes à être de véritables vecteurs de développement’’, a encore préconisé le Khalife général des mourides.  Devant les délégations des autres confréries du Sénégal et de personnalités venant de la sous-région et reste du monde arabe, Cheikh Sidy Moukhtar Mbacké a appelé à jeter les basses d’une unité solide ''pour une Oummah islamique active et ancrée dans les bonnes valeurs’’.  {fcomments}
© 2017 Khadimrassoul.net All Rights Reserved. Designed By Cellule Communication DRLH