الإثنين 22 ربيع الأوّل 1439 Tuesday 12 December 2017

Actualités & Reportages

Actualités & Reportages (247)

Les derniers nouvelles ou les reportages sur Serigne Khadim Gaydel Lô. 

Ce samedi 12 mars eu lieu à Touba Bakhdad une grande cérémonie dédié à Cheikh Ahmadou Bamba sous l'initiative du maire de Thiès Monsieur Talla Sylla.

Après une longue absence au Sénégal pour cause de maladie, Talla Sylla a commémoré son retour  au Sénégal, en rendant grâce à l'éminent Cheikh Ahmadou Bamba sous l'égide de son guide spirituel Borom Ndame.
Les Thièssois ont répondu massivement présent à l'appel et ont investi la cité religieuse vers 17h. La cérémonie a débuté après la prière du crépuscule. Il y avait une forte présence des autorités administratives et religieuses de la ville de Thiès. Borom Ndame est apparu à la cérémonie aux alentours de 20h.

D'éminentes personnalités ont pris la parole tour à tour et ont témoigné leur encouragements et leur félicitations à Mr le maire pour cette épreuve endurée;
Les différentes interventions ont été clôturées par  les recommandations de Borom Ndame  envers son disciple Talla Sylla, par le biais de son porte parole, à propos de sa mission de maire de la ville.
Le maire Talla Sylla a fait un discours apolitique axé essentiellement sur des remerciements et a tenu à rendre grâce à Dieu oralement. Il a vivement remercié Serigne Khadim  Gaydel Lô qui ne manque jamais l'occasion pour le soutenir spirituellement comme temporellement. Il lui a renouvelé son engagement à ses cotés et sa reconnaissance. Il a rappelé sa détermination dans l'avenir à ne plus nuire ou faire du mal à qui que ce soit. Il est et restera toujours un simple serviteur des populations;

khadimrassoul.net

Ce vendredi 04 mars 2016, Serigne Khadim Gaydel Lo était l’hôte du khalife général des mourides Serigne Sidy Moukhtar Mbacké dans son fief de Mbacké Kadior.

Une visite effectuée sous le Ndiguel du khalife pour les préparatifs du Magal de Mbacké Kadior prévu ce mardi 08 mars 2016 commémorant la naissance de Serigne Bara Mbacké, son vénéré père et  fils du fondateur du mouridisme.

Arrivée sur les lieux aux environs de 18h 30mn, avec une forte délégation, Borom Ndame est accueilli chaleureusement par la famille du Khalife composée de fils, petit fils et disciples.

Serigne Sidy Mokhtar Mbacké le recevra une première fois alors en compagnie des membres de sa délégation. Une rencontre qui a duré plus d'une demi heure où l'ambiance et l'émotion était au rendez vous. Une animation en lecture du Saint Coran et des khassidas a été servie au Khalife Général des mourides. Après un échange fructueux entre le khalife, Borom Ndame,  fut invité par le Khalife à regagner une des résidences d'hôte avec sa délégation.

Après un copieux et prestigieux repas en quantité abondante offert à Gaydel Borom Ndame, Le Lion de Cheikh Sidy Mokhtar comme le surnomme le Khalife lui même, entama des discussions amicales et fraternelles avec les fils, petit fils et talibés trouvés sur les lieux qui n'ont pas manqué à rendre cette visite aussi mémorable.

Très proche de Serigne Sidy Mokhtar, Serigne Khadim Gaydel Lô a eu l'honneur pour une deuxième rencontre avec le Khalife, mais cette fois ci en huit clos pour une tête à tête.

A la fin de cette entrevue qui dépasse l'allégresse, Borom Ndame humble, fier et reconnaissante, notifia le message de satisfaction que le Khalife lui a transmis.  En effet Cheikh Sidy Mokhtar lui a demandé de témoigner sa gratitude et sa bénédiction à tous ses disciples. « Na nga ma santal talibé yeupp ». "Témoignes ma gratitude envers tous les disciples "

Mieux ne pouvait être une consécration, cette félicité dont le sauveur de la jeunesse est en quête permanente en tant que Serviteur Infatigable de Serigne Touba.

Il s’en suit enfin une visite des lieux sacrés de Mbacké Kadior en compagnie de la famille du khalife avec à sa tête son fils Serigne Khadim Mbacké, avant de prendre congé des lieux aux environs de 23h sous l’œil affectif de la grande famille du Khalife.    

Khadimrassoul.net

Situé entre Kébémer et Darou Moukhty dans la région de Louga, le village de Thiolom Fall est un antre du mouridisme. Des figures emblématiques de la confrérie y ont séjournée et marqué à jamais l'histoire de ce village. En effet Serigne Barra Mbacké Ibn Khadimrassoul  très connu des anciens de ce village qui l'ont côtoyé et accueilli; leur avait légué de son vivant, une personne au nom de Serigne Niane Diop;  L'arbre  géant où Serigne Barra s'asseyait vit toujours dans l'esplanade du village.

Aujourd'hui, un petit fils de Serigne Niane Diop à savoir Serigne Barra Diop Gaydel, aux relations très étroites avec le Khalife général des mourides a foulé cette terre pour rendre grâce à Serigne Touba; La journée  a été parrainée à Borom Ndame.

Serigne Khadim Gaydel Lô s'est déplacée avec une forte délégation et une grande mobilisation. Chaleureusement accueilli par tout le village, Borom Ndame a rehaussé la cérémonie de sa présence.

La famille du Khalife était fortement représentée par Serigne Djily Mbacké, Serigne Abdou Samad Mbacké, Serigne Khadim Diop et Sokhna Maïmouna Mbacké. Toutes les communicateurs traditionnelles de Touba y étaient présents et ont montré leur satisfaction à leur rencontre avec Borom Ndame.

Lors de la cérémonie officielle, Serigne Djily Mbacké chargé entre autre de porter le message du Khalife a fait un important discours sur la mission de Cheikhoul Khadim, sa relation avec les disciples et les comportements recommandés pour les disciples.  

Serigne Khadim a pour sa part remercié et souhaité une longue vie à notre khalife général. Revenant sur les paroles de Serigne Djily, Borom Ndame n’a pas manqué de préciser sa grande satisfaction d’être au service du Khalife. Il a réaffirmé son engagement noble et véridique pour tout détenteur du flambeau de la mission de Cheikhoul Khadim.

Il a prêché comme à chaque occasion les jeunes d’opter éternellement pour le droit chemin. Cependant les bonnes œuvres devront être les vrais piliers de cette traversée. Selon Borom Ndame, toute personne qui se respecte doit s’inscrire sur cet élan. Serigne Khadim est revenu sur les vertus des panégyriques de Serigne Touba qui constituent aujourd’hui le plus grand symbole de son œuvre.

Borom Ndame a éclairci quelques lignes de son poème " Chahadatou Sahid" qu'il a présenté au khalife général des mourides. Ce dernier ému, l'avait félicité et lui avait ordonné de répandre ces bienfaits partout pour que le monde entier puisse en profiter.

En finissant Serigne Khadim a rappelé aussi les vertus symboliques du boubou blanc de Serigne Touba et de ce qu'il représente. Selon lui c'est ce boubou qui a mené tous les combats pacifiques dont le Cheikh est revenu victorieux.

Un précieux cadeau a été offert à Borom Ndame par Serigne Barra Diop qui a réaffirmé son engament et sa détermination à le servir comme le khalife le lui a ordonné.

khadimrassoul.net

« Mon soutien aussi bien que mon appui et mon rempart contre les ennemis me proviennent de Dieu ; Le Très-Haut ; Le Donateur qui demeure L’Auxiliaire Incomparable »  Cheikh Ahmadou Bamba ASSIROUL MAHAL ABRARI Vers 5

Droit de réponse.

C’est avec indignation et ressentiment que les disciples mourides de Cheikh Ahmadou Bamba ont vu la photo de leur honorable guide être associée caricaturalement à un texte méphitique du magazine de publication «  Jeune Afrique. »Nous condamnons fermement une telle ligne éditorialiste copiée de Charlie Hebdo qui ne vise rien d’autre qu’à heurter les sensibilités religieuses.  La liberté de la presse loin de se définir en termes de  droit à l’insolence et de droit à  l’irrespect ; requiert plutôt un sens élevé de la responsabilité... Être responsable c’estpareillementéviter de s’exposer à des troubles inutiles  en respectant les croyances d’autrui ! A cette diffamation infâme vient s’ajouter un texte laconique de Mr Glez  qui présente ses excuses. La suffisance dénotée dans la formulation  n’a d’égal que la médiocrité de l’idée du départ.  En tout état de cause ;  le mal est déjà fait …Alea Jacta est !

Par cette démarche intrusive  « Jeune Afrique »  fait étalage de son état encore bien  « jeune » dans les idées alors que le magazine de Ben YAhmed  devrait se glorifier d’une expérience  déontologiquement « adulte »  de plusieurs décennies. Mais comme dirait l’autre ce n’est pas en tirant sur la salade qu’elle pousse plus vite. Ainsi il demeure clair qu’une plume télécommandée prête à se mettre au service du groupe de lobby  le plus offrant  perd avec  le temps assurément de son lustre.

Dans un monde aux crises multidimensionnelles où l’Afrique est angoissée par de  multiples défis ; le Sénégal en particulier, gagnerait  beaucoup plus à se consacrer sur l’essentiel en lieu et place de débats puériles de  sac à main qu’il ne produit même d’ailleurs . Le débat véritable est celui du développement durable et ironiquement le saint Homme qu’on a tenté de dénigrer est l’un des rares à apporter des solutions au banquet  de l’universel. En effet comme le réitère Edem Kodjo ; l’Afrique connaitrait le développement si les politiques étaient basées sur la philosophie de Cheikh Ahmadou Bamba.  Ceci parce que la philosophie de Cheikh Ahmadou Bamba ; tout en se basant sur  la notion de «  khidma. » (Le travail singulier)  est aussi symbole d’une indépendance culturelle  sans laquelle aucune indépendance économique ne peut faire long feu.

Oui ! Parler  du« boubou » du saint  Homme au nom de la liberté de la presse démontre d’une ignorance abjecte.Apprenez alors que c’est avec ce «  boubou » qu’il mena une résistance acharnée dont toute l’Afrique réfléchie peut aujourd’hui s’en glorifier. Avec cet habit distinctif  de non-violence par le blanc  que Cheikh Ahmadou Bamba porta  haut l’étendard de l’islam sur les eaux troubles de la colonisation.  Lorsqu’il s’agissait de restaurer la dignité des peuples brimées d’un certain joug colonial ; il était bien seul avec ce boubou !Dès lors  cet accoutrement fut le témoin privilégié de tant d’épreuves subies par un  mutagharib (expatrie) dont le seul tort fut de refuser les honneurs à l’honneur : De Mayombe à bafouli ; du pays des  Galwa aux khaymah (tentes) de la Mauritanie ; il le porta pendant  trente-trois années de  privation de liberté pour sauver son peuple. Alors cet habit si simple pour des néophytes ne saurait  jamais souffrir d’une impéritie.

Je voudrai terminer mes propos en réitérant un appel à la jeunesse de mon pays pour le devoir à l’éducation. S’il ne souffre l’ombre d’un doute dans vos cœurs que la suivie de la pensée du saint maitre est la source d’une vie vertueuse ; Il est  impérieux alors d’en étudier le contenu en son message de paix ; d’adoration du Seigneur et de travail au service de la communauté ; substratums de l’appartenance à la voie. C’est uniquement alors qu’on peut s’en prévaloir et en parler.

Serigne khadim lo GaYdel

Touba baghdad ( 28/01/2016)

© 2017 Khadimrassoul.net All Rights Reserved. Designed By Cellule Communication DRLH