الأربعاء 27 المحرّم 1439 Wednesday 18 October 2017

Actualités & Reportages

Actualités & Reportages (243)

Les derniers nouvelles ou les reportages sur Serigne Khadim Gaydel Lô. 

La cité bénite de Bakhdad a abrité ce 11 mai 2015 soit le 22 Rajab 1936 AH le ZIARRA annuel de la commission Zikroulah marquant sa création, auprès de son Excellence Serigne Khadim Lo. Les fidèles ont répondu à l’appel du sauveur de la jeunesse de par une forte mobilisation. C’est dans une atmosphère joviale que s’est déroulée la fête.   

L’ambiance était à son summum, les vaillants choristes de Borom Ndame ont éblouis l’assistance de par des chants maitrisés à la perfection à l’effigie de Baye Ass Ngom ou encore de ses invités, ses jeunes frères Fallou Ngom et Papa Ndiaye. La commission au cours de sa prestation a tari les éloges de Borom Ndame quant à sa descendance si noble. Plusieurs grands noms du Zikroulah étaient présents pour participer à la réussite de cet événement. La commission Zikroulah a aussi servi comme cadeau à ses hôtes, un album de 7 titres de mélodies sensationnelles.

Vêtu de bleu et avec un charisme unique, le noble de Ndame rejoignit les disciples qui étaient dans une euphorie totale. Une panoplie de témoignages s’en est suivi rappelant à chaque fois les enseignements de Borom Ndame et son impact sur la régulation de la société. Serigne Mamoune Lo, lors de sa prise de parole revint sur les récits des Khalifes de Cheikhoul Khadim ainsi que le poème Sahadatou Sahid de Borom Ndame plongeant ainsi l’assistance dans une attention assez particulière. Serigne Modou Diagne Sylla prit le relais caractérisant Borom Ndame comme source de bienfaits et de spiritualité.

Le gardien des valeurs de Ndame, dans son rituel événementiel, s’est adressé aux disciples. Dans sa quête perpétuelle de la conscientisation, Borom Ndame suggéra aux disciples la recherche du bien dans les écrits du Cheikh et dans le respect des prières quotidienne. Le cérémoniale s’est clôturée par les prières du guide de la jeunesse pour un pays de paix et de prospérité.     

  

L'université des Khassaïdes de Bakhdad en ziarra le 26 avril 2015 auprès de Serigne Khadim Gaydel Lô Borom Ndame; Le programme complet en vidéo

L’université des Khassaides de Bakhdad dans toute ses composantes (Hommes, Femmes et enfants) a organisé ce dimanche 26 avril 2015 soit le 7 Rajab 1436 H une grande Ziarra au prés de Son Excellence Serigne Khadim Lo. L’édition 2015 restera à jamais une vitrine des archives du mouridisme. Elle a réuni comme à l’accoutumée de nombreux fidèles musulmans venu de toutes contrées. Toutes les sections et cellules nationales ont répondu à l’appel de cette entité phare.

La cérémonie s’est rythmée par d’émouvants récitals de Khassaides et de Coran. Les kourels se sont succédés, avec en leur sein d’éminents chanteurs à l’image de Serigne Magueye Mbengue, Serigne Khadim Kebe et Serigne Mame Mor Sougou. Avant l’arrivée du guide de la jeunesse, une projection du discours tenu à Massalikoul Jinan a capté l’attention de toute l’assistance qui occupait l’esplanade vu la grandeur de l’événement. Dans ce discours, le vénérable est revenu sur l’importance que Cheikhoul Khadim portait aux Khassaides et l’attachement de ce dernier a ses écrits.

Serigne Baye Dame Mbaye, porte-parole de l’université des Khassaides de Bakhdad a délivré un message très émouvant ponctué par d’intenses moments d’émotion. Il a mis l’accent sur les marques de satisfaction délivrées par l’université a l’endroit de Serigne Khadim Lô pour ses actions qui, va-t-il dire, s’inscrivent dans la constance. Le président de l’UKB, Serigne Birane Ngom a par la suite remis leur Adiyah au vénérable et renouvelé tout son engagement à se consacrer au service exclusif de Borom Ndam.

Une panoplie de témoignages s’en est suivi avant que l’honorable ne gratifie encore une fois aux disciples d’un discours majestueux, rappelant les préceptes de la prière et aussi l’attachement du mouride aux panégyriques de Cheikhoul Khadim. La cérémonie s’est clôturée par un Ziar, source de recueillement de prières.       

Momar Talla Kane

Khadimrassoul.net

{fcomments}

Ce mardi 21 avril 2015 le collectif des femmes de la cité bénite de bagdad a été reçu par son excellence Serigne khadim gaydel lo pour une présentation d'un projet de formation pour la fabrication de produits couramment utilisés par les ménages comme le savon et l'eau de javel.

Cette formation est assurée par le réseau pour la solidarité et le développement de Thiès qui, sous la direction de leur coordonnateur monsieur Séga Mbengue a présenté à son excellence l'énorme travail fourni par le collectif des femmes qui leur permettra de fabriquer du savon et de l'eau de javel dans leur propre foyer.

Prenant la parole, Borom Ndame a tout d'abord magnifié cet acte de grande envergure de la part du réseau pour la solidarité et le développement envers les femmes de la  cité religieuses. Une démarche qui vient confirmer la place qu'occupe le travail  en plus de l'adoration de son seigneur, deux principes fondamentaux de la doctrine mouride.

Il  a prié pour une réussite totale du projet et réitéré son engagement en faveur de l’appui aux femmes pour un développement local.

 

Mame Ndiouga Lô

Khadimrassoul.net - Bakhdad

Installé fraichement dans ses fonctions de premier administrateur du département de Thiès, le nouveau préfet Alioune Badara Samb a effectué ce mercredi 25 mars une visite de courtoisie chez Serigne Khadim Lô à Bakhdad.

Accompagné d’une forte délégation composée de la plupart de ses collaborateurs du Comité Départemental de Développement, Le préfet a été accueilli par son excellence Borom Ndame dans le salon d’honneur de Darou Hafia. Humble et modeste, le premier magistrat du département a transmis les salutations du gouverneur et de l’ensemble de ses collaborateurs à Serigne Khadim Lô.

Selon lui sa visite à la cité bénite de Bakhdad vient à son heure après l’entame de sa mission. Le préfet a félicité Borom Ndame de ses grandes réalisations et de sa disponibilité pour les populations. Il a invité le chef religieux à une plus proche collaboration pour maintenir le département de Thiès sur la voie de l’émergence.

Très enchanté de cette rencontre, Serigne Khadim a remercié le préfet de cette visite. Il lui a garanti sa collaboration et son entière disponibilité pour servir les citoyens.  

Serigne Khadim Lô a prié pour la délégation et a souhaité au préfet  une grande réussite dans sa mission.

{fcomment}

Serigne Khadim Gaydel Lô Borom Ndame demande à chaque talibé de s’acquitter de la somme de 2280 FCFA  au moins pour exécuter le ndiguel du Khalife général des mourides Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké.

En effet le khalife général des mourides a lancé des  appels à la communauté musulmane particulièrement à ses condisciples mourides à participer :

  1. Aux travaux  de rénovation de la grande mosquée à hauteur de 1140 FCFA
  2. Aux travaux de construction l’université islamique de Touba à hauteur de 1140 FCFA

Ce qui fait le total de 2280 FCFA par disciple.  Cependant Serigne Khadim exhorte à ceux qui le peuvent de donner plus que le montant demandé.  

Les dons seront collectés au niveau de toutes les entités du Diwane Rahmatan Lil Halamiina (Sections, Cellules, Kourels)  dans les plus brefs délais.

Pour toutes informations supplémentaires contactez Momar Talla Kane  :  221  77 315 14 59 / 221 70 914 14 90

Le magal de Mbacké Kadior célèbre l'anniversaire de la naissance de Cheikh Mouhammadou Lamine BaraMbacké Ibn Cheikhoul Khadim. En prélude de ce grand événement, Le Khalife qui a élu domicile au village de Mbacké Kadior  y a convié Serigne Khadim Gaydel Lô ce mardi 17 mars 2015 pour un ziarra.

Accompagné d’une forte délégation, Serigne Khadim a été accueilli par un important dispositif révélant la dimension de cette visite. Ainsi un accueil chaleureux lui a été réservé par la noble famille du Khalife général.

Lors de l’audience accordée à son excellence l’héritier de Ndame, le Khalife général des mourides ébahi a dévoilé son enchantement et sa grâce face à un disciple engagé, serviable et persévérant. Un model selon lui pour tout serviteur de Serigne Touba.

Cheikh Sidy a tout de suite entamé avec Borom Ndame des discussions familiales et amicales qui ont duré plus d’une heure. Une rencontre captivante remplie d’émotions dans une ambiance céleste au grand bonheur des invités et des membres de la famille du Khalife.

Serigne Khadim a saisi l’occasion pour remettre son adiya et celui de la communauté gaydelienne au Khalife de Sérigne Touba répondant ainsi à l’appel de ce dernier pour l’assister à rendre grâce à Serigne Bara lors de ce magal de Mbacké Kadior.

Serigne Sidy Mokhtar ravi a prié en toute félicité pour que Borom Ndame perpétue cette œuvre le plus longtemps possible auprès de lui.

Momar Talla Kane

Envoyé Spécial à Touba

Ce dimanche 15 Mars a été célébré la vingtième édition du magal de Shérif Cheikh Abdoul Aziz Aïdara à Thiès dans le quartier Diamagueune.

Fils de Cheikhna Cheikh Sadibou, Cheikh Abdou Aziz Aïdara était un soufi et descendant authentique de la noble lignée du Prophète (PSL).

Sa famille a perpétré la tradition familiale par le biais notamment de Cheikh Tali Bouya Ibn Abdou aziz Aidara et par ailleurs ami proche de Serigne Khadim Gaydel Lô.
Il faut noter que Cheikh Tali Bouya Aïdara a honoré la communauté  mouride en plaçant l'événement sous le haut patronage de Serigne Khadim Lô Borom Ndame.
De ce fait le magal a revêtu un caractère universel avec la présence de différentes confréries du Sénégal.

La communauté gaydelienne de Borom Ndame a coloré rythmiquement l'événement à travers une présence considérable et par des prestations de xassaïdes et de zikr. Cheikh Tali Bouya a profiter de l'occasion pour affirmer tout son attachement à Borom Ndame et pour lui témoigner sa dévotion pour son engagement à la cause de l'islam en toute occasion comme le faisait son homonyme Khadimrassoul.

Il faut noter que cet événement  coïncide avec un regain d'ambiance considérable observé  sur la terre sainte de Bakhdad. Au rythme des khassidas et zikr, l’esplanade de la cité de Bakhdad a accueilli ce week end le maitre des lieux Borom Ndame qui a reçu en audience plusieurs invités et disciples présents à Bakhad pour l’occasion. Un climat paradisiaque et des moments forts rappelant les vécus des grandes figures du mouridisme. 

L’enseignement de Cheikh Ahmadou Bamba a été très tôt reconnu et c’est à Mbacké Kadior, (département de Kébémer) que ses plus grands disciples sont venus faire acte d’allégeance.


Parmi ceux –là qui étaient des compagnons de toute une vie, on retiendra Serigne Adama Gueye, Serigne Ibrahima Sarr Ndiagne, Serigne Darou Assane Ndiaye, Serigne Massamba Diop Sam, Serigne Dame Abdou Rahmane Lô, Cheikh Ibrahima Fall. Mbacké Kadior a été fondé par Mame Mor Anta Sali, père de Serigne Touba en 1880. 

Il y vécut durant 3 ans avant d’être rappelé à Dieu. Il a été un des premiers à confier son sort à son fils, vers la fin de sa vie. ‘’L’épreuve de la mort et de la résurrection sera pour toi aussi heureuse que la transhumance de la grenouille du lac à la mer ‘’, avait-il promis à Cheikh Ahmadou Bamba. 

Et le père de lui demander : ‘’Fasse que le nom de Mbacké n’ait pas à souffrir après moi ! O mon bon fils’’. Cheikh Ahmadou Bamba choisit de s’installer dans cette localité, un coin perdu situé entre le Djoloff et le Ndiambour, pour faire sa retraite spirituelle. 

C’est sous le ‘’ngui guis’’ (arbre) à MbackéKadior que Cheikh Ibrahima Fall a prêté son serment d’allégeance. ‘’J’ai été prédestiné à seconder le grand marabout Cheikh Ahmadou Bamba’’, disait-il. Cette rencontre entre Serigne Touba et Cheikh Ibra a été rapportée par les historiens. 

Cheikh Ibra raconte : ‘’C’est ainsi que j’arrivai tout près de MbackéKadior. De là je vis beaucoup de mouvements, du va et vient infernal. Je me mis à observer. Les gens ne voulurent pas me donner une réponse exacte mais je compris qu’en suivant ce mouvement de foule je ne tarderai pas à retrouver l’homme. D’ailleurs un nommé Adama Gueye me conduira dans le sillage du marabout jusqu’à MbackéKadior’’. 

‘’Je m’approcherai de sa demeure et attendrai. J’attendai longtemps, patiemment. Puis quand le monde diminua et que je devinai que l’homme était seul dans sa chambre, je m’introduisis et saluai. Le maître me répondit par mon nom : Fall !... Je ne fus pas surpris et me mit en transe pour la première fois. Le maître poursuivra : +Tu es venu compléter mon œuvre. C’est toi que j’attendais +’’, a-t –il ajouté.

C’est en 1886 encore à MbackéKadior que Lat. Dior NgonéLatirDiop, sur le chemin de Déxelé, a rencontré Cheikh Ahmadou Bamba. ‘’Je veux que tu cesses ce combat contre les colons français envahisseurs et je t’offre quelque chose de plus important que la royauté’’, lui avait suggéré Serigne Touba. 

‘’Je ne peux plus revenir sur ma décision. Le Cayor est mon honneur ce qui m’interdit de revenir sur ma décision. Prie pour moi et laisse-moi engager la bataille’’, avait répondu LatDiior.

Mbacké Kadior est aujourd’hui un gros village placé sous l’autorité de Cheikh SidyMoctar Mbacké, par ailleurs Khalife général des mourides. Chaque année y est célébré son Magal pour commémorer la venue au monde de Serigne Mouhamadou Lamine Bara, père de l’actuel Khalife.

Bismilahi Rahmani Rahimi Wa Salalahou Ala Seydina Mouhamad Nabihil Karim Zil Halbou Rahim Wa Ala Alihi Wa Sahbihi Adjmahil

Salamoualekoum Wa Rahmatoulahi Wa Barakatouhou

Nos prières vont vers le vénérable Mohamed (Sws) qui est le Prophète aux faveurs multiples. Nous réitérons notre allégeance et notre résignation à Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul.

Je vous rends grâce et accorde ma bénédiction à cette famille si soudée et solidaire, que la paix soit avec vous. Sachez que les conflits qui entrainent la désunion deviennent des ententes qui suscitent l’harmonie des cœurs car je suis havre de paix. Cette paix est cependant au préalable acquise par tout un chacun. Parmi toutes les créatures mortelles, les abeilles sont les seuls qui ne se combattent guère, les êtres humains ont souvent des discordent, mais l’idéal est d’entretenir cet apaisement. Ces dissensions sont dues a des préjugés. Abstenez vous d’en faire !

La femme, comme j’aime à le répéter, se définit d’abord par sa discrétion ! En effet il ne souffre l’ombre d’aucun doute que son honneur demeure dans l’aptitude à s’apaiser et se résigner aux dires de son époux. Ce dernier qui assure les besoins de sa progéniture mérite des reconnaissances. Derechef on comprend la raison pour laquelle la femme se doit nécessairement d’être auguste, d’avoir de nobles agissements « Wa zakirina zakirati wal mouminina wal mouminati inal mouslimine wal mouslimat ». La fille d’Ève est dans l’obligation d’être garante et responsable de son foyer. Ainsi les bienfaits de ses mômes lui seront destinés. La sainte Maam Diarra en est l’illustration absolue, elle qui regagnant le foyer conjugal de Maam Mor Anta Sally s’est mise en pleures car ayant lu dans le précieux coran que « Ma kana mouhamadin abahidine min redialoukoum walakin hatimou nibihina » le prophète Mohamed (Sws) est l’ultime envoyé de Dieu.

Le vénérable Cheikhoul Khadim cite souvent dans ses écrits « Wadjahal kitabati fawhal koulal moursal » J’implore le seigneur de démesurer mes écrits et de les élever au rang a ceux des prophètes pour rendre hommage a ma très chère génitrice. En outre la femme est responsable de sa descendance quant à leur bienfaisance. Les hommes ne peuvent s’en occuper convenablement parce qu’étant à la quête d’avoirs, elles ont a leur charge l’éducation de la progéniture. Par ce fait la femme doit prendre conscience qu’elle n’est pas une marchandise. Elle est dans l’obligation de se préserver dans la perspective d’enseigner ces valeurs à sa lignée.

Le Prophète Mohamed (Sws) lors de sa mission perpétuelle, œuvrait pour le rétablissement de la grandeur de la femme. En ces temps la femme servait de compensation de créances, outragée et traitée avec mépris. Seydina Omar consciemment décimait ses filles, lui qui était l’Aminoul mouminina. En tout état de cause la femme est une pièce maitresse dans le puzzle de la vie comme je l’atteste dans mon épopée consacré à Maam Diarra en ces vers Certes la femme donne naissance a une crapule mais certes c’est elle qui donne avènement a un érudit. La femme récolte que son labeur, donc imitez les agissements de Maam Diarra. Par cela les attentes à l’encontre de la femme sont même plus accrues car Dieu a conçut l’homme 2milles ans avant la femme. Cette élaboration de la femme résulte de l’insatisfaction de la conception de l’homme. C’est dans cette logique que je m’insert dans ce nouveau concept de parité qui ne peut subsister car Adama a existé 2milles ans avant qu’Awa ne soit créée. L’on dit que la femme est de nature imparfaite, mais avec du recul l’on voit que c’est l’homme qui l’est du fait de l’élaboration de la femme qui en résulte. Cependant c’est la femme qui complète l’homme car sa dextérité est sans considération Ina kaydal houmal azimou d’après les écrits du tout puissant. Ceux qui croient que Sheytan a le monopole des moyens de dérapage se trompent la femme en a une forte part de responsabilité. En revanche, la femme détient en elle la Baraka dans tous ce qu’elle est mêlée ceci grâce a sa discrétion pudique. Ces vaillantes femmes qui ne négligent en aucun cas leur hijab. Cette délicatesse redéfinit la dignité de la femme et son importance fondamentale au sein de notre société. Outillée de ses qualités d’Ouroul ayni, elle doit prendre conscience que seul le paradis est sa dernière destination. Des lors que quelque soit la dimension d’un être ayant des attributions extrême, il ne peut se proclamer être venu au monde que par l’assistance d’une mère modèle. Le prophète Insa ibn Mariam vu le jour assurément sans la présence d’un père mais lors de son ascension reçut d’innombrables triomphes grâce à Mariam qu’es une immaculée. Ainsi que Rassoulilah avec la protection de Sokhna Amina Saydatouna. Sokhna Diarra la sainte par son altruisme sans pareil s’est engagé au prés du tout puissant à compenser toutes les nuisances jadis occasionnées par la gente féminine qui lui a précédée et qui va suivre son existence. C’est ainsi que le prélude Cheikh Abdou Karim Samba Diarra Mbaye en ces termes « Lakal hasanat ma sahat koula diaratiha fil hardina siwaha min moussiyati », Maam Diarra a entamé sa noble mission d’embellir tous les actes auparavant inadéquats de cette race féminine dans cette terre dés sa venue au monde. Cette mission salvatrice incombe à toutes les femmes ! 

Je n’en disconviens pas que la poitrine de l’homme soit le berceau de l’agglomération des secrets du divin, mais aussi la femme en est un compte tenu de la place qu’elle occupe dans le processus de la mise au monde. N’oublions pas ces qualités à sauvegarder ! Soyez plus aiguisées, évitez les indiscrétions et ayez de la pudeur envers vous-même ! Cette décence de la femme envers ce qu’elle dit, ce qu’elle entend et ce en quoi elle appose son regard fait qu’elle ait de la retenue. Notre créateur exhorte les femmes à suivre ce chemin esquissé par Cheikhoul Khadim.

Une femme digne et exemplaire, s’abstient des injuries et des comportements malsains. Oh vous qui êtes la jeunesse digne de Serigne Khadim Gaydel Lo, vous ne devez faire l’objet d’aucune insalubrité car vous êtes adeptes de Serigne Touba, le vénère. Le Mouride est celui qui est dans une éternelle quête de bonté, l’allégeance au vénérable nous exhorte à nous parfaire. La femme est une valeur qui ne se déprécie pas, Dieu leur en a fait faveur. Le divin leur a octroyé la splendeur tout comme les joailleries qui font parti de leur lègue.

En définitive, la femme, est dans l’obligation de se connaitre, elle peut incarner dans l’avenir plus rôles et occupations dans le monde. Je prie pour que Dieu étale sa miséricorde sur vous, le vénère Serigne salihou disait que tout être ayant de la discrétion ne fera pas l’objet de jugement du seigneur. Que Dieu augmente cette discrétion dans ce pays, vous assouvisse de bienfaits par la grâce de Cheikh Ahmadou Bamba.

Ihdina siratal alezima an amta aleyhim hayril mahdoumi wa la dalin amine        

© 2017 Khadimrassoul.net All Rights Reserved. Designed By Cellule Communication DRLH