الإثنين 22 ربيع الأوّل 1439 Tuesday 12 December 2017

Actualités & Reportages

Actualités & Reportages (247)

Les derniers nouvelles ou les reportages sur Serigne Khadim Gaydel Lô. 

A Dakar depuis le samedi 05 septembre, Le khalife général  séjourne dans sa résidence des HLM. La visite du khalife est une aubaine pour tous les disciples de la capitale. En effet chaque année, le khalife général accompagne ses pèlerins de la Mecque jusqu’à leur départ de Dakar. Vivant au rythme des intonations sacrées, le quartier des hlm est devenu le point de convergence des dahiras et personnalités publiques. Cet événement nous réserve des moments de grâce et de félicité pour le bonheur des musulmans.

Accompagné d’une forte délégation, Serigne Khadim a été accueilli chaleureusement par la famille du Khalife. La  ferveur et l’émotion étaient au rendez vous.  Le khalife a reçu la délégation dans ses appartements privés où l’Héritier de Serigne Touba lui a renouvelé son engagement à ses cotés.  Il lui a rappelé l’espoir grandissant que représente son khalifat. Serigne Khadim a magnifié le travail abattu jusqu’à là pour assister les pèlerins depuis des années.

Par le biais de Cheikh Barra Maty Leye, Serigne Sidy Mokhtar a remercié Borom Ndame de la visite. Le khalife l’a encore félicité des travaux réalisés depuis Thiès jusqu’à Dakar, de sa démarche inspirée de l’orthodoxie mouride. Selon le khalife, Borom Ndame est un exemple dont tous les marabouts devraient s’inspirer.  Le khalife très ravi de cette visite a envoyé des mets jusqu’à Bakhdad. Un geste qui a fait la joie et le ravissement de toute une communauté qui chaque jour prie pour que Dieu donne longue vie et une santé de fer à leur guide spirituel et à leur Khalife Général.

En ce dimanche 09 aout, date à la quelle la communauté musulmane célèbre le Magal de Serigne Abdou Ahad Mbacké, Serigne Khadim Gaydel Lô a envoyé à Touba une délégation pour des ziaras et des visites auprès de la famille de Serigne Touba en commençant par le Khalife général des mourides Cheikh Sidy Moukhtar et Serigne Sidy Mbacké Abdou Ahad.

Notre site internet khadimrassoul.net a eu le privilège de tendre son micro à Serigne Khadim Gaydel Lô  pour un témoignage sur celui qui a été son père, son guide spirituel, son protégé, celui qui le nommait « khadim bamba » à savoir Serigne Abdou Ahad Mbacké.

Khadimrassoul.net : Son excellence, Qui est Serigne Abdou Ahad Mbacké ?

Serigne Khadim Gaydel Lô : Un court témoignage dirait qu’il est avant tout un homme d’une grande pureté qui a marqué son temps par sa véracité exemplaire. Mais Serigne Abdoul Ahad était un modèle qui a pointé sa vie avec ses sermons éloquents, son identité mouride cultivé et son dynamisme affiché. Il avait une foi inébranlable envers Serigne Touba. Il ne s’est jamais regardé comme un membre de la sainte famille de Serigne Touba mais un disciple véridique de son Maître.  Il était un homme doté d’un engagement infaillible, perpétuel  et sans relâche envers le Serviteur du Prophète.

Serigne Abdou Ahad a initié dans le mouridisme des travaux de grande envergure dont l’extension de la cité religieuse. En effet, Il avait lotisse des multiples hectares de terrain qu’il cédait  moyennant la somme symbolique de 50f par terrain. Il affirmait que chaque mouride doit avoir une maison à Touba qui sera le témoin de sa maison au paradis devant Serigne Touba. Il avait en même temps renforcé l’éclairage dans toute la ville de Touba.

Dans le domaine sanitaire, Touba avec son statut de communauté rurale n’avait que des infirmiers d’état, Borom Bellele s’est distingué en réclamant pour la ville des médecins et des hôpitaux qui seront construits au fur et à mesure durant son khalifat. On peut citer ainsi l’hôpital de Ndamatou.

En voirie, L’éclairage et la réhabilitation du marché Ocass, jadis très sombre et salle, fait partie de ses réalisations à Touba. Il avait crée aussi beaucoup de routes, une gare routière et particulièrement une autoroute à 2 voies à l’entrée de la ville de Touba  qui réceptionne chaque jour d’importantes délégations étrangères.

Connaissant les enjeux de la sécurité, Serigne Abdou Ahad avait initié une politique de sécurité publique méconnue mais très réussie en créant un poste de gendarmerie et en autorisant l’utilisation des chiens de la Légion de Gendarmerie d’Intervention de Mbao pour  lutter contre les narcotrafiquants. A l’incompréhension de cette initiative d’amener des chiens à Touba, il énonça une phrase qui est restée gravée à jamais dans les mémoires. « Les chiens ne peuvent être reconnus que par des chiens», une réponse courte mais qui a suffit à calmer les chuchotements à l’époque.

Pour solutionner le problème de l’eau potable à Touba, Cheikh Abdou Ahad entama un vaste programme de construction de plusieurs forages dont celui qui porte aujourd’hui son nom qui est à Darou Khoudoss et qui a été inauguré avec le président Senghor. Ce forage de Baye Lat et celui de ndamatou figurent parmi les plus importants.

Cheikh Abdou Ahad a fait revivre la source d’eau bénite de Aynou Rahmati en affirmant sa suprématie sur toute autre source bénite à Touba. Il transforma ainsi le puits en forage tout en recommandant aux mourides  de le consommer pour y trouver la grâce de Serigne Touba.

Durant son magistère, le monde intellectuel mouride était très dispersé et peu représenté. Le khalife de Borom Touba conscient de l’enjeu mena un combat de sensibilisation pour motiver les jeunes intellectuels mourides au sein des universités et des écoles à se regrouper et former des Dahiras au service du mouridisme. Lorsque des étudiants ont crée un cadre dénommé « jeunes mourides », il remplaça ce nom par un autre  nom propice tout en leur sermonnant que Serigne Touba n’a pas de « seun (poubelle en wolof)». Ainsi s’affirmaient les premiers intellectuels mourides à savoir Abdoulaye Wade, Cheikh Bamba Dieye, Madické Niang, Atou Diagne etc…. ;

Sur le plan culturel et religieux, il avait imposé un changement de comportements radical à tous les mourides, basé sur un engagement véridique. Il recomposa même le langage des disciples grâce à son éloquence et ses vertus linguistiques. Cheikh Abdou Ahad avait aussi renforcé les liens avec les familles des cheikhs et grands compagnons de Serigne Touba.

Son amour pour l’éducation et la science était très élevé. Il insista sur le fait qu’un érudit de la dimension de Cheikhoul Khadim doit avoir sa propre bibliothèque. A cet effet, il créa Daaray Kamil ou la bibliothèque KhadimRassoul. Pour l’équiper avec de grands ouvrages du monde islamique, il envoya une délégation composée entre autre de Serigne Moustapha Saliou et de Serigne Modou Mamoune Niang en Egypte à la bibliothèque islamique de l’université d’al azhar. Tout ceci pour permettre aux habitants de Touba d’avoir accès aux grandes œuvres islamiques.

La mosquée de Touba fut au centre des grands travaux de Cheikh Abdou Ahad Mbacké. Après que son khalife et grand frère Serigne Fallou Mbacké eut construit et inauguré la grande mosquée de Touba de la plus belle manière, Serigne Abdou Lahat s’est donné la mission de l’étendre des quatres cotés pour augmenter la surface de prière. Ainsi, l’extension du joyau de Touba fut entreprise avec des objectifs clairs.

Il avait aussi lancé un appel pour la construction d’une grande résidence au nom de Serigne Touba. Il appela ainsi le projet « Keur Mag Moom » qui a connu un franc succès. Cette résidence entièrement financée par les mourides servait de lieu d’accueil et d’hébergement pour les hôtes de Touba.

Ce qui m’a le plus marqué chez Serigne Abdou Ahad c’est sa détermination et son courage dans le service de Serigne Touba.

En 1989, alors que j’étais à plein dans mes études à Thiès, Cheikh Abdou Ahad m’a appelé à Touba bellele un samedi 18 juin, jour de mon anniversaire,  pour prier pour moi et me conseiller. On s’entretint ce jour là pendant de longues heures.  Ces paroles réconfortantes résonnent toujours dans mes oreilles.

Le lendemain 19 juin, Touba annonçait le rappel à Dieu du grand bâtisseur qui rejoignît alors Serigne Touba au paradis. Un événement qui m’a beaucoup marqué vu le rôle qu’il a joué dans mon existence.

Je remercie beaucoup l’équipe de khadimrassoul.net de m’avoir offert l’occasion pour témoigner en ce jour mémorable sur ce visionnaire qu’est Serigne Abdou Ahad Mbacké.

Khadimrassoul.net

{fcomment}

L’aid al fitr ou la fête de la korité, qui consacre la fin du mois béni de ramadan a été célébré ce samedi 18 juillet 2015  à Bakhdad chez Serigne Khadim Gaydel Lô. Comme il est de coutume, les musulmans se rencontrent dans des espaces publics et lieu de cultes pour y célébrer la prière du Hit (fête) et à l’occasion formuler les prières d’usages les uns envers les autres afin de magnifier la grandeur du jour et raffermir les liens entre croyants. 

A Touba Bakhdad la prière s’est déroulée sous la direction de l’imam Abdoulahi Thiam sous la présence effective de Serigne Khadim Gaydel Lô BOROM NDAME. Les lieux ont été investi cers les coups de 9 heures du matin par les fidèles, sympathisants et riverains.

Après la prière de l’Imam et son prêche, Serigne Khadim Gaydel Borom Ndame a pris la parole et s’est adressé à l’ouma islamique comme recommandé en ces jours de réjouissance.

 Ainsi, le guide, après des salutations chaleureuses, a tenu à insister sur l’importance pour le croyant de se repentir de ses actes auprès de son Créateur en rappelant que même l’Envoyé de Dieu avait reçu comme directive de formuler l’istighfâr (formule pour demander pardon à Dieu) au moins 70 fois par jour. Ensuite Serigne Khadim Lô souligne le devoir des peuples à effectuer un retour vers la droiture et rappelle de ce fait qu’il y a une explication logique aux difficultés ambiantes : « le Tout-Puissant n’exaucera jamais les prières de celui qui a beaucoup de pêchés ou qui est ingrat ».

Gaydel Borom Ndame a recommandé à ses condisciples mourides d’avoir un comportement plus adéquat à leur statut et d’avoir plus d’engagement, de rigueur et de discipline. Il a aussi prié pour un hivernage abondant au Sénégal.

Après la prière, une foule nombreuse l’a accompagné dans la résidence de la cité où les ziarras ont été effectué  auprès du guide, qui a ensuite formuler des prières pour tout un chacun et pour le Sénégal.    

Momar Talla Kane

Khadimrassoul.net

{fcomments}

Ce mois sacré de ramadan est célébré de la plus belle des manières à Touba Baghdâd ; la cité bénite de Serigne Khadim Gaydel Lo. Borom Ndame à travers une panoplie d’activités allant de la lecture du saint coran à la lecture journalière du prestigieux sacre du Cheikh qu’est le Foulkoul Mashoune arrive à plonger l’âme dans une inclination naturelle en la soumettant à la volonté de Dieu en l’adoration de façon exclusive et en l’accomplissement de bonnes œuvres. Ceci détachant l’être de tout péché qu’est une oppression contre sa propre âme ; car forçant cette dernière à entrer dans un état qui est à l’oppose de sa véritable nature et de l’objectif pour lequel elle a été créée.

Chaque année les musulmans des quatre coins du Sénégal et les disciples d’Italie ou encore d’autres pays d’Europe rallient Baghdâd dans le but de vivre cette spiritualité inégalable. Dès le premier jour du mois de ramadan ; le mois le plus sacré de la religion musulmane ; ce sont des milliers de disciples qui viennent afin de perpétuer la tradition établie par le sauveur de la jeunesse dont la générosité est multipliée durant ce mois de ramadan. Ce mois est le moment de l’année musulmane ou les liens de la communauté sont les plus forts, grâce à cette atmosphère de partage et d’unité dans l’adoration.

Ce travail effectué par le noble de ndame sur ses disciples vise à amener l’âme à être en harmonie avec les idéaux coraniques de foi et de vertu ; ceci lui permettant de se rapprocher de Dieu et d’élever son âme à de nouveaux sommets de piété. Ayant reçu l’ordre émanent du Khalife General des Mourides d’effectuer ce récital du Foulk Mashoune ; ce sont des milliers de personnes qui deviennent des êtres meilleures cherchant à remplacer l’avarice par la générosité ; la colère par la patience ; la vengeance par l’amour en général le mal par le bien car ce poème adouci les cœurs. Nous voilà à l’épilogue de cette Edition 2015 du Foulk Mashoune ; la clôture s’est  faite ce vendredi 17 juillet 2015 par SE Serigne Khadim Gaydel Lo qui exhorte les populations à s’attacher aux enseignements du Cheikh et a persévérer dans la droiture.  Le sauveur de la jeunesse a servi un discours très riche sur le recueil de poèmes et ses bienfaits et grâces dont Serigne Touba l’auteur a décelé. Selon Borom ndame KhadimRassoul a reçu des présents inestimables et des faveurs inconnus de la part de son Seigneur.   

C’est des générations différentes qui se sont données rendez vous aujourd’hui à bakhdad démontrant ainsi la diversité de la communauté gaydelienne.

Serigne Khadim a remercié tous ce qui ont de près ou de loin participé au déroulement de l’activité durant ce mois de ramadan qui s’éclipse pour faire place à la fête de Korité.

Rendez vous est donné donc ce samedi à 09h 30 pour la prière de l’Aïd El fitr dans l’esplanade de la mosquée de Touba Bakhdad.

KhadimRassoul, le premier site d’information Islamique vous souhaite une fête d’Aid El Fitr.

khadimrassoul.net

{fcomments}

La nuit de la destinée a été célébré par la communauté mouride ce jeudi 16 juillet 2015 conformément aux recommandations de Cheikh Ahmadou Bamba portant célébration du Leylatoul Qadr la nuit du 28 au 29ème jour de ramadan si le début est un vendredi.
Ainsi dans tous les lieux où des disciples  sont localisés, nous avons pu noter une ferveur dans l'adoration nocturne le tout dans la légendaire rigueur des mourides dans le respect du ndigël.
A cet effet, de Touba à Dakar, en passant par Diourbel et Thiès la nuit a été pleinement célébrée.
Justement, Thiès, ville carrefour a vibré aux rythmes de l'événement. En effet des centaines de disciples s'étaient donné rendez-vous dans le quartier Moussanté dans le centre-ville, sous le Ndiguël et la présence effective de Serigne Khadim Gaydel Lô Borom Ndame afin d'y célébrer la nuit; d'ailleurs il en est ainsi depuis plus d'une décennie.
Il est à noter que cette année l'événement a gagné en ampleur à tel point que c'est devenu un Magal. L'ambiance de la journée y était indescriptible, l'allégresse était le sentiment le mieux partagé.
A la tombé de la nuit, nous entrions dans la commémoration proprement dite du Leylatoul Qadr. L'un des faits marquant de la soirée fut  l'arrivée de Borom Ndame sur les lieux. Les disciples lui ont réservé un accueil royal, rythmé de zikr et de louange avec une expression de joie extrême frôlant l'extase. Quoi de plus normal car le guide n'est pas ainsi sorti en public depuis la nuit du Gamou. Suite à l'accueil et à la mise en place des invités nous notons une présence en masse des autorités religieuses et administratives de la ville de Thiès. Ainsi nous pouvons citer Cheikh Ahmed Tidiane Ndiénguène, le maire de Thiès Talla Sylla par ailleurs disciple de Borom Ndame, mais également le PDG de EMG automobile monsieur Mbaye Gueye à la tête d'une forte délégation. La cérémonie a débuté avec la présentation des invités. Il s'en est suivi la prestation de l'orateur Modou Mamoune Lô qui a porté la parole des disciples  avant de parler du Leylatoul Qadr pour ensuite terminer par confirmer la place incontournable de Borom Ndame dans l'islam au vu des relations que ce dernier entretien avec l'ensemble de la ouma. Le maire Talla Sylla y est allé de sa prestation en mettant en exergue ses talents de poète pour louer Borom Ndame avant de tenir un discours engagé allant dans le sens de l'importance à accorder à nos guides. Au tour de l'imam de Bakhdad, Abdoulahi Thiam de prendre la parole pour exposer sur les bienfaits et la grandeur de la nuit avant de parler du célèbre recueil Foulkoul Mashkhone.
Serigne Khadim Gaydel Lô a commencé son discours par s'appesantir sur l'unité qui doit primer dans notre religion en s'appuyant sur le leadership du Prophète (psl) sur tous croyants; ceci avant d'en venir aux relations spéciales qu'ils entretenait avec les fils et différents khalifs de Serigne Touba. Par la suite, le guide apporte des éclaircissements sur la portée de la nuit du destin en revenant entre autre sur la paix et les miracles qui s'y produisent à savoir le goût amer de la mer qui disparaît en l'espace d'une heure. Place maintenant à son point de vu d'une rationalité exemplaire, qui s'oriente cette fois ci sur des aspects qui affectent le quotidien des sénégalais à savoir l'égalité. Après avoir promis d'y revenir prochainement de manière plus large, Serigne Khadim Gaydel Lô transite sur la situation des daaras au Sénégal avant d'épiloguer par des conseils prodigué aux jeunes.
La cérémonie s'est terminé par une déferlante de prière de la part du guide envers les disciples pour un meilleur sort.

KhadimRassoul.net

{fcomments}

En termes de prophétie, la révélation la plus récente est celle qui détient la primauté sur les anciens. Parmi les 124000 envoyés de Dieu se trouve un nombre limité de prophètes qui ont eu la révélation ou l'inspiration d'un texte sacré. Ainsi, les plus célèbres de ces textes se trouvent être: la Thora par Moussa, la  Bible par INSA, les Psaumes par David et le Coran révélé à Mohamed (PSL).
 Raison pour laquelle, d'ailleurs, le Coran se présente comme le texte sacrée révélé le plus complet au point que le fondateur du Mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba le qualifia de résumé (Fourkhane).
 La révélation de celle-ci au prophète Mohamed (PSL) est sans doute l'un des plus grands miracles que le monde ait connu. Ceci dit, ce qui peut marquer davantage les esprits réside dans les premiers mots qui ont été révélé à savoir "Iqra" qui se traduit par un ordre d'apprendre, d’aller vers le savoir.
 Un millénaire plus tard nous pouvons voir que cet ordre qui consacre l'apprentissage à un rang primordial dans la religion a été respecté par les croyants : le Saint Coran est aujourd'hui le Livre le plus lu et le plus récité dans le monde. Cela n'est guère surprenant si l'on voit à quel point la maîtrise du Coran dès le bas âge est de rigueur dans les fiefs religieux du monde musulman en général et du Sénégal en particulier. Dans les foyers religieux de ce pays ouest africain, l'éducation passe forcément par la maîtrise du Saint Coran.
 Pour mener à bien cette mission salvatrice, des lieux propice à cet enseignement de base ont été créés par les guides religieux: il s'agit des Daaras.
 Cheikh Ahmadou Bamba en avait fait son apanage. C'est d'ailleurs pour cela qu'il est parfaitement compréhensible que ses dignes héritiers soient aujourd'hui des  artisans incontournables de la conservation de cette tradition prophétique qui consiste à maîtriser le Livre saint pour ensuite l'enseigner, je veux nommer l'illustre Serigne Saliou Mbacké.
Très proche de Borom Ndame sous son khilafat, le Saint a marqué son temps de par sa détermination dans la formation d'une jeunesse de valeur en se basant sur l'éducation coranique. C'est dans cette optique que le fondateur de Khelcom donna  ndigël à Serigne Khadim Gaydel Lô d'aménager un daara à l'image de son homonyme afin d'y inculquer une éducation coranique voir spirituelle adéquate. C’est à Touba Bakhdad à l’ouest de la ville de Thiès que Borom Ndame instaura ce daraa. Alliant spiritualisme et orthodoxie, Borom Ndame a su y adjoindre un projet de société qui sera à tous les coups bénéfiques à la nation. Ainsi les plus petits sont inscrits à l’état civil, et Serigne Khadim Gaydel Lô leur assure une prise en charge médicale régulière et une alimentation de qualité car un enfant est porteur d’espoir et d’avenir; contribuant ainsi à éradiquer la mendicité dans la région de Thiès le guide leurs assure ainsi un avenir respectable dans la société après leur formation coranique.
Des centaines d’enfants de bas âges y sont interné et le nombre ne cesse d’accroître également de jour en jour du fait de la qualité de l’enseignement et des conditions de vie.
Les pensionnaires du daaras de Bakhdad qui ont fini de mémoriser le Livre Saint sont primés chaque année par Borom Ndame le 27ème jour du mois de ramadan.

L'événement, coïncidant cette année avec la date du mercredi 15 juillet 2015, Khadimrassoul.net vous invite à la remise de diplôme aux lauréats du daara Touba Bakhdad sous la présence effective de Serigne Khadim Gaydel Lô.

{fcomments}

ALLAH dit : « Et en effet, Allah vous a assisté à Badr quand vous étiez faibles, alors soignez votre devoir envers Allah, afin que vous puissiez être parmi les reconnaissants. »
Ces propos du créateur de l’univers représentent le socle de la pensée de Serigne Khadim Gaydel Lo qui affirme que c’est en ce jour de gloire que l’islam a connu un essor remarquable. Le Prophète Mohammed à travers cette bataille leva l’affront et assura à tous les musulmans une éternelle consécration. Depuis 11 années cette bataille est célébrée sur la sainte terre de Bakhdad en reconnaissance à ces précurseurs de l’Islam. A travers ce triomphe, le noble de ndame éternel vivificateur de la doctrine Mouride nous enseigne que la référence du Baye Fall est ces mémorables guerriers de Badr.
Pour nous aujourd'hui, il y a de nombreux hadiths qui font mention de victoires similaires sur les Juifs et aussi traite de la domination sur le monde entier. Nous devons faire des supplications pour ces victoires, mais ne pas nous limiter à cela. Car le Mouridisme exige également que nous agissions collectivement pour atteindre ce noble but qu’est l’union des cœurs. Un autre trait marquant de cette bataille est cet esprit de solidarité qui doit animer tous, car les prisonniers furent traités avec bonté et certains, suite à cela, se convertirent à l'islam. La bataille de Badr reflétait bien le fort lien idéologique unissant les Musulmans. Avant l'islam, un Arabe pouvait regarder un noir de haut pour une simple raison de couleur de peau, et les tribus pouvaient se battre et s'entretuer pendant des décennies pour une simple question de fierté. L'islam s'était établi si fermement dans le cœur des hommes qu'au moment de déclarer leur allégeance à l'islam, ils se dépouillaient volontiers de toute affiliation antérieure pour entrer dans la Fraternité de l'islam. Pour les Musulmans, peu importaient la couleur de peau, le nom de famille, l'origine géographique ou la richesse de l'individu. Ainsi, la Fraternité émanait d'eux à tel point qu'ils étaient capables d'entrer en guerre contre ceux de leur sang afin de protéger leurs frères en islam. En l'occurrence, Abu 'Ubaydah combattit son père, qui était un idolâtre, il le tua lors de l'affrontement de Badr, et il ne montra aucun remords quand il vit le corps de son père mécréant traîné sur le sol puis jeté dans le puits d'al-Qabil à Badr. La bataille de Badr permit de renforcer la foi des Musulmans.

{fcomments}

ll est des actions de grâce qui sont ancrées dans l’orthodoxie mouride  en ce qu’elles sont l’expression d’un état de Mouride accompli. A force de les répéter dans l’espace et le temps ; elles finissent par vous ouvrir la porte de tous les honneurs.

Certes on le savait choisi à demeure pour une mission ô combien importante dans la vivification du message de Cheikhoul Khadim ! Nonobstant son excellence Serigne Khadim Lo ne s’est jamais prévalu de ce titre pour des honneurs. Bien au contraire, ce fut pour lui  un sacerdoce à faire mieux ; un appel à œuvrer toujours et encore plus pour tout  khalife contemporain de Touba. C’est en effet toute la portée de la visite qu’il effectua le 29 juin  auprès du Khalife Serigne Sidy Mokhtar Mbacké. Et voilà que des décennies comptant ; au début de chaque mois de Ramadan qu’il se rend à Touba pour remettre  au maitre des céans son contribution de« soukeur koor » .

Aussi s’il est vrai que chacune de ces visites annuelles est la preuve du dynamisme de la communauté de Touba Baghdâd dans le travail de  qualité accompli dans la collecte ; celle-ci revêt un caractère bien particulier  à plus d’un enseigne. D’abord elle est l’expression des relations complètes qui lient Serigne Sidy Mokhtar à celui qu’il considère comme un membre éminent de sa famille  .la preuve en étant le fait que Serigne Sidy lui envoya une invitation spéciale d’iftar . Ce que Serigne khadim qui avait l’habitude d’envoyer une délégation pour cette occasion, accepta volontiers. Ce fut ainsi sur  invitation personnelle du Khalife de Touba qu’il se rendit vers les coups de 17 heures dans la cite sainte.Et pour une invitation ; elle s’en fut vraiment une ! En effet Serigne Sidy Mokhtar à l’hospitalité légendaire ne ménagea aucun effort pour honorer des plus belles manières Serigne Khadim. Dans une tradition bien mouride, le khalife a réservé des ndogous (mets pour la rupture du jeun) spéciaux et en tous genres a  ses hôtes.

Au demeurant pour le khalife ce fut une manière de rendre hommage au travail remarquable que Serigne Khadim et la communauté de Baghdâd entreprennent inlassablement pour le rayonnement de la Mouridiyya. Il a reconnu l’ardeur et l’abnégation et l’engagement sans faille  de Serigne khadim pour la réussite de tout projet entrepris durant son magistère.

Aussi le khalife  louera l’immensité des dons amenés alors qu’il ne faisait pas un mois que Serigne khadim et sa communauté de Baghdâd s’étaient illustrées par leur participation à l’entreprise d’édification de la mosquée Massalikoul Jinnan de Dakar. A ces propos, l’archétype du mouride Sadikh Serigne khadim Lo  répondit qu’un adiya aussi consistant sera reproduit et dupliqué dans un délai d’un mois à ce jour.

Fort de cette considération et beaucoup d’autres observations qui sont la manifestation hic and nunc  qu’il était assurément sur  le sillage tracé par Cheikhoul Khadim ; Serigne Sidy Mokhtar en arriva  à ce décret final : Il lui intima l’ordre de sortir de son esseulement pour que s’accomplisse sa destinée…cette  destinée qui fut scellée depuis belle lurette entre leurs deux aïeuls :Cheikhoul Khadim et Serigne Modou Isseu. Dorénavant lui dit le khalife, il aura  pour mission essentielle de faire bénéficier à l’humanité entière cette grâce de Cheikhoul Khadim qui émane de lui. Selon Serigne Sidy Mokhtar ; il n’a plus le droit de se circonscrire aux terres de Baghdâd mais de sortir et prier en faveur de l’humanité toute entière car il est des secrets qui ne peuvent être cachées .Ainsi à charge pour lui de guider les hommes sur les sentiers de la droiture et leur faire savoir les arcanes de la Mouridiyya. En effet pour le khalife,  le travail accompli durant le ramadan à travers la lecture du Coran et celle quotidienne du  foulkou mashoune ; sa visite récente  auréolée de gloire ; et surtout l’action de solidification entre toutes les familles religieuses qu’il entreprend de bâbord à tribord sont la marque d’une mission universelle.

Serigne Khadim visiblement ému de cette marque de considération a promis de suivre ses sages conseils car il est son référence en tout .Parlant de faits référentiels ; Serigne Khadim nota la dernière action du khalife qui décida d’envoyer à tous les familles religieuses du Sénégal des ndogous fort appréciés de tous. Du reste à cette mention, le khalife répondit que son désir de faire cette action de grâces envers la oummah quotidiennement en ce mois béni. Aussi Serigne Sidy Mokhtar ravi et enchanté a remis des cadeaux de tous genres (boubous, dattes, nattes...) à son excellence. Ce fut  tard dans la nuit que le cortège  s’est ébranlé vers Touba Baghdâd avec les cœurs attendris par une telle consécration !

Khadimrassoul.net

{fcomment}

La sainte cité de Bakhdad ; point de convergence des disciples mourides en ce mois sacré a reçu  du monde aujourd’hui. Comme chaque mois de ramadan, le Foulkou Mashoune ; recueil emblématique de KhadimouRassoul est récité de la manière la plus fascinante et prodigieux dans ce sanctuaire d’adoration du tout puissant.

Les pèlerins ont assailli la ville de Thiès ; venus de toutes les régions du Sénégal pour prendre part à la lecture de cette œuvre sacrée. La scène était fabuleuse ; de l’entrée de la ville l’on voyait des convois en direction du sud-ouest de la commune de Thiès. Une affluence symbolique spécifique aux grands évènements religieux. L’esplanade était débordante. Les fervents disciples du pacificateur du mouridisme Serigne Khadim Lô n’ont lésine aucun effort pour faire de ce jour une vitrine des anales de la célébration de cet évènement qui regorge de biens inestimables.

Comme à l’accoutumée ; tout au long de la journée ; la sainte vulgate est récitée avant le démarrage des prestations individuelles. Serigne Ablaye Thiam Imam de la mosquée de Bakhdad a procédé à l’ouverture de la séance par une brève séance de moralité et de rappel des préceptes qui constituent le fondement même du mouridisme à savoir la dévotion et la soumission. Nul ne doute de l’impact du noble de ndame sur la jeunesse à qui il a inculqué les valeurs essentielles que le Cheikh prônait lui-même à son entourage. Par la suite, le récital du Foulkou Mashoune fut achevé par le Noble de Ndame qui vêtu tout de blanc avait rejoint l’assistance un peu plus tôt lors du passage des chanteurs de l’anthologie.  Son récital fut ponctué par des moments d’émotion et d’allégresse. Apres la prière de Timis ; ayant déjà accomplie le rituel de coupure du jeun, les invités ainsi que les riverains de Bakhdad se sont retrouvé pour partager ensemble de copieux repas préparés pour la circonstance.

Ce programme de récital du saint livre est aujourd’hui connu du monde entier et est fréquenté tant par les jeunes que par les personnes âgées. Serigne Khadim Gaydel Lô a su bien maitriser son amélioration au cours des années. Lors de ce mois de ramadan, le musulman a surtout besoin d’accompagnement dans sa quête personnelle de la miséricorde de Dieu par la piété et par une bonne pratique.  Le foulkou mashoune de bakhdad figure parmi ces moments de bonheur où la foi de l’aspirant s’élève  et vous offre des moments intenses de ferveur et de recueillement sur la grandeur et la labeur du Serviteur privilégié du prophète (PSL).

C'était aujourd’hui vendredi 19 juin que s'est ouverte à Bakhdad l'édition  2015 du récital du foulkou mashoune. Ce recueil de poème de Khadimrassoul dédié à son maître le prophète Mouhamed (PSL) est d'une dimension  qui dépasse la compréhension humaine.  Des centaines de pèlerins ont ralliés la sainte cité située dans le sud ouest de la commune de Thiès pour célébrer le début de cet événement qui devrait durer tout le mois du ramadan.

Rappelons-le, véritable chef d'œuvre dans son catalogue de panégyriques, ce Diwane ou recueil est composé de plusieurs poèmes magnifiant la  gloire du prophète (PSL) et de Dieu. Selon Serigne Khadim Gaydel Lô, il regorge des biens inestimables. Toute personne qui la récite ou assiste à sa lecture, ou contribue en facilitant sa lecture obtiendra des faveurs de l'Elu au paradis. Selon lui toujours, Serigne Touba avait dit que lors du mois béni de ramadan là où le foulkou est récité, les portes de l'enfer y seront fermées à jamais.

Bakhdad comme chaque mois de ramadan, aux rythmes des sonorités spirituelles et mélodies sensationnelles,  attire une foule nombreuse venue de partout pour accompagner Serigne Khadim Gaydel Lô - de retour de voyage  - dans ce noble labeur quotidien.

Chaque jour, plusieurs fois, le saint coran est récité  avant le démarrage des prestations individuelles des chanteurs du recueil. Après la prière de Timis, place à la prestation du kurel de l'université des khassaïdes. Les imams et érudits sont disponibles avant la prière du soir et " nafilas " pour répondre aux questions des musulmans sur les sciences religieuses.

Ce début du mois de ramadan est aussi le moment où Serigne Khadim s'apprête à livrer la collecte du Soukerou koor destinée au khalife général Serigne Sidy Moctar Mbacké d'où la grande ferveur et l'ambiance quotidienne qui règne sur Bakhdad et ses alentours.

  Momar Talla Kane

khadimrassoul.net - Bakhdad

{fcomment}
© 2017 Khadimrassoul.net All Rights Reserved. Designed By Cellule Communication DRLH